Connect with us

Societé

Migration/Autonomiser les jeunes en Afrique à travers les médias : ‘’l’origine de la migration irrégulière n’est pas forcément les grands centres urbains’’

Published

on

L’Organisation Guinéenne de Lutte contre la Migration Irrégulière a organisé mercredi au Palais du Peuple un forum sur la migration. En partenariat avec l’UNESCO, ce forum s’inscrit dans le cadre du projet « Autonomiser les jeunes en Afrique, et lutter contre la migration irrégulière par le biais de l’information et de la communication ».

Un projet mis en œuvre par l’UNESCO dans 8 pays d’Afrique de l’Ouest et du centre, à savoir la Guinée, la Côte d’Ivoire, le Mali, le Sénégal, le Niger, le Nigéria, le Ghana et le Cameroun. Il est financé par l’Italie, à travers son « fondo Africa ». L’objectif principal du projet, est de contribuer à la sensibilisation de la population aux risques liés aux migrations ainsi qu’aux opportunités réelles de travail et de stabilité dans les pays de destination, par le biais d’une amélioration de la qualité de l’information, d’un meilleur accès à l’information, de la formation des journalistes et leaders d’opinion, le développement d’une formation dédiée à la production de contenu éditorial professionnel dans les universités.

Dans son discours de bienvenue, le Directeur Régional de l’UNESCO d’Abuja Ido Yao a expliqué les raisons de la contribution de l’UNESCO dans la lutte contre la migration irrégulière qu’il a justifiée comme variant parties de sa mission de promouvoir l’édification de la paix, l’élimination de la pauvreté, le développement durable et le dialogue interculturel à travers l’éducation, les sciences, la culture, la communication et l’information.

« En nous appuyant sur les deux derniers piliers de notre mandat, c’est-à-dire la communication et l’information, ce projet favorise la production des contenus médiatiques professionnels, pour communiquer, informer, éduquer et sensibiliser la population africaine notamment les jeunes et les femmes, qui constituent la couche la plus vulnérable.

C’est pourquoi, nous avons prévu dans notre plan de travail, un documentaire dans lequel plusieurs jeunes, dont ceux qui ont échoué dans leur tentative de rejoindre l’Europe, ceux qui sont arrivés en Europe et qui ont déchanté, ceux qui ont (des même conditions socio-économiques) fait le choix de rester et qui s’en sortent raconteront leur histoire de vie et leur expérience », a-t-il affirmé. Ajoutant que l’UNESCO met l’accent sur le visage humain de la migration et promeut les avantages de la migration régulière.

Présent à ce forum, le ministre de l’information et de la communication Amara Somparé a estimé que les médias jouent un rôle central dans la sensibilisation des populations à la base dans la lutte contre ce fléau de migration irrégulière.

« Les médias jouent un rôle à mon sens central dans la sensibilisation des populations à la base pour lutter contre ce fléau qui malheureusement frappe fortement la jeunesse guinéenne et même africaine à savoir celui de la migration irrégulière. Je l’ai rappelé aujourd’hui, nous avons 34 stations de radios communautaires qui véhiculent des messages dans les langues du terroir. Parce que contrairement à ce que l’on croit, l’origine de la migration irrégulière n’est pas forcément la capitale ou les grands centres urbains. C’est très souvent les zones rurales où cotisent parfois même pour financer le départ à l’étranger de jeunes hommes ou de jeunes femmes en comptant sur eux pour apporter la prospérité à la famille. Donc il est extrêmement important de les sensibiliser, de leur expliquer que cela n’est que mirages et que d’autres voies existent et ce sont ces voies qui devraient être encouragées et favorisées (…). La plus importante c’est le partenariat que nous avons avec l’OIM, un projet qui s’appelle OMEGA et qui tend à mettre en place tout un processus de communication orienté vers les cibles principales de cette migration irrégulière, à savoir les jeunes ou justement leur transmettre des messages afin de leur permettre de tenter leur chance dans leur pays parce que les opportunités de développement existent ici », a-t-il déclaré.

Au l’issue du présent forum des recommandations ont été faites, Ido Yao a demandé l’implication des médias dans la sensibilisation des jeunes à travers la réalisation d’émissions, magazines et accompagner ces jeunes dans leurs différentes activités. Aux décideurs politiques des États africains, il leur a demandé de créer des conditions d’emploi pour les jeunes afin de retenir ces derniers dans leurs pays. Et enfin il appelle les jeunes à l’espoir, la formation afin qu’ils puissent intégrer l’exploitation des ressources dans leurs pays.

Maciré Camara

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Publicités