Mini-remaniement du gouvernement : ‘’il y a une mésentente à l’intérieur’’ (Bah Oury)

Print Friendly, PDF & Email

Le président de l’Union Démocratique pour la Renaissance en Guinée (UDRG), Mamadou Oury Bah a, lors de son passage chez nos confrères d’Espace FM dans l’émission “les grandes gueules”, de ce mercredi 20 janvier 2021, pensé le décret d’hier (mardi 19 janvier 2021 ndlr) nommant de façon partielle les membres du gouvernement et la reconduction de Djénab Nabaya Dramé, accusée par les médias de détournement de fonds public, détermine bien la volonté du gouvernement de faire toujours les choses de la même manière.

À en croire le président de l’Union Démocratique pour la Renaissance en Guinée (UDRG), « Il y a beaucoup de problèmes à travers la composition d’un gouvernement. D’abord il faut voir la structure, et la structure telle qu’elle est, est-ce qu’elle répond aux besoins de la population guinéenne. Le besoin de changer fondamentalement les rigidités structurelles, de notre politique, de notre économie et de notre mode de pensée, je ne le pense pas. » 

En effet, dira dit-il, « Lorsque vous regardez la manière dont cela a été fait, je me suis dit il y a un problème. On ne peut pas, lorsque vous pensez à lancer un autre mandat, vous ne pouvez pas faire un gouvernement à mi-temps. Cela veut dire il y a une impréparation, ou bien s’il n’y a pas une impréparation cela veut dire il y a une mésentente à l’intérieur pour la composition de ce gouvernement. »

S’agissant de la reconduction de Djénab Nabaya Dramé au département de l’enseignement technique, de la formation professionnelle et du travail M. Bah Oury estime « Quel que soit ce qu’on peut penser de la crédibilité d’un ministre, lorsqu’il y a des accusations graves qui ne sont pas encore étayées de manière explicite. Il y a des mesures de présidence qu’il faut prendre (…) C’est un mauvais signal qui a été envoyé aussi bien pour la lutte contre la corruption qui est un mauvais signal qui a été envoyé aux bailleurs internationaux et à l’opinion publique nationale, qui espérait croire que gouverner autrement, on allait redresser la barre et changer la façon de faire. » 

Mamadou Yaya Barry

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.