Mise à niveau des voiries de Conakry (Kaloum) : les résultats des études présentés au ministre de la Ville, Dr Ibrahima Kourouma

Print Friendly, PDF & Email

Le bureau d’études marocain, Conseil Ingénierie et Développement (CID) a présenté hier mardi 12 décembre 2017, au ministre de la Ville et de l’Aménagement du Territoire, Dr Ibrahima Kourouma, les résultats des études préalables ainsi que le suivi des travaux de mise à niveau des axes structurants de la ville de Conakry, notamment la commune de Kaloum bénéficiaire du projet.

L’aménagement des voiries de Conakry s’inscrit dans le cadre du plan de développement intégré et durable de la ville. Son objectif est de mettre à niveau les voiries de la capitale et de rehausser leur niveau d’attractivité en adaptant une conception moderne permettant d’avoir une ville du 21ème siècle.

Le présent avant-projet détaillé s’est basé sur les résultats de la mission 1 à savoir l’étude de diagnostic et la proposition des solutions d’aménagement. Elle a pour objectif de développer la variante retenue au niveau des Boulevards, Avenues et Places choisies. L’avant-projet détaillé traite en détail les solutions d’aménagement d’une part au niveau de l’aspect paysager et urbanistique, et d’autre part au niveau technique (voirie, réseau d’assainissement,  éclairage public et la déviation des réseaux existants touchés par l’aménagement…).

Les Boulevards structurants de la capitale, objet de la présente étude, se situent au niveau de la commune de Kaloum, l’une des cinq communes de Conakry. Cette commune constitue le centre-ville et la zone d’activité économique et administrative la plus importante qui contient les principales administrations du pays. C’est dans cette zone qu’on observe une concentration et multiplication d’activités qui perturbent en même la circulation des engins, le déplacement des piétons et le stationnement des véhicules.

Après la présentation des différentes maquettes des axes structurants au ministre et à son cabinet, le ministre Dr Ibrahima Kourouma a exprimé une préoccupation que les marocains qui conçoivent et réalisent ces axes structurants devront prendre à bras le corps. Il a par ailleurs exprimé sa satisfaction entière par rapport à la qualité de la prestation du bureau d’études marocain.

S’agissant les préoccupations du ministre, elles se résument en trois points à savoir : ‘’Chaque société marocaine qui a un contrat dans ce projet, devra en amont choisir une entreprise sous-traitante en Guinée. Il n’est pas question d’attribuer une sous-traitante à une entreprise X et, donner par après la même sous-traitante à une entreprise Y. Le Ministère de la Ville et de l’Aménagement du Territoire ne favorisera aucune entreprise guinéenne. Chaque société marocaine sera largement responsable de son entreprise guinéenne sous-traitante qu’elle va choisir. Le deuxième aspect est le suivi. La commission technique de suivi des travaux doit être mixte et paritaire entre les bureaux d’étude marocains et le Ministère de la Ville et de l’Aménagement du Territoire. Troisième et dernière préoccupation, le Gouvernement guinéen, sous la direction du Premier Ministre, a décidé que tous les travaux qui doivent être exécutés à Conakry, s’adapte au projet Grand Conakry Vision 2040  et au Plan de réaménagement de la Commune de Kaloum et les Iles de Loos pour éviter une superposition. Cette nouvelle approche viable de développement urbain de Conakry est exigée désormais par le Comité interministériel d’aménagement du territoire (CIAT)’’

En termes de satisfaction, le ministre a tenu à préciser : ‘’Je suis très heureux. Au nom du Gouvernement, je voudrais remercier le Royaume du Maroc. Vous savez lors de la visite de sa Majesté le Roi Mohamed VI en Guinée, une convention de mise à niveau urbaine des voiries de Conakry a été signée avec le Pr Alpha Condé. Les voiries retenues dans cette convention sont : Boulevard Diallo Telly, Boulevard des Commerce et l’Avenue de la République. Aujourd’hui les choses avancent, nous invitons les marocains à travailler sur les derniers schémas par ce que lors de la rencontre avec le Ministre marocain, il était question que le Cabinet marocain continue de finaliser les travaux. Une fois les travaux, le Cabinet devait venir nous présenter les dernières phases. Aujourd’hui nous avons le plaisir de constater le Cabinet marocain que le Conseil Ingénierie et Développement (CID) ait fini complètement les études. Il va y avoir désormais des appels d’offres au Maroc, comme cela a été décidé que ce sont des entreprises marocaines qui vont naturellement bénéficier du marcher. La sous-traitante appartient aux entreprises guinéennes. Les guinéens et marocains qui ont travaillé ensemble n’ont connu de temps morts.’’

Parlant de l’exonération des équipements marocains qui rentrent dans ce projet, le ministre dira que ‘’nous avons eu une rencontre, le ministre marocain et moi avec Monsieur le Premier ministre guinéen, où le ministre marocain a expliqué la position du royaume. Comme c’est un Don, il souhaiterait, comme l’exonération a été prise en compte au Maroc, que le montant total du don soit utilisé dans le cadre du projet, au lieu d’être éparpillé dans les taxes. Vu la qualité des travaux préalables réalisés par les marocains en Guinée, le montant des investissements est parti de dix millions à quinze millions de dollars’’, dira-t-il.

Monsieur Brahim MORABIT, Ingénieur sénior, Chef de la Divion Voirie et réseaux divers a, quant à lui expliqué les différents scénarii retenus pour l’aménagement du paysage avec des arbres que la Guinée a exporté au Maroc dans un premier temps, mais qui reviendront selon lui, dans un second temps pour embellir les axes structurants de Kaloum.

Par Youssouf Keita

+224 666 48 71 30

 

 

 

 

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.