Mohamed Cissé du PDC révèle : ‘’les députés qui sont là ne sont pas ceux qui ont été choisis dans les urnes’’

Print Friendly, PDF & Email

Candidat malheureux aux élections législatives du 22 mars dernier, le PDC compte se présenter à l’élection présidentielle d’octobre prochain.  Mais, à l’en croire, les nouveaux députés ne reflètent pas la volonté du peuple. Mohamed Cissé a, au cours d’une conférence de presse qu’il a animée ce mardi, révélé des fraudes survenues au cours de ces élections législatives.

Pour lui, « Ceux-là qui crient aujourd’hui aux fraudes sont les mêmes personnes qui ont fraudés avant. Aujourd’hui, ils sont victimes. Donc, ce débat là c’est nous qui devons mener pas eux. Et aujourd’hui, si on veut la clarté autour de ça, je pense qu’il y a des personnes aujourd’hui en Guinée, il suffit simplement de demander à ce que les appels de ces personnes soient déclarifiés pour qu’on sache qu’il n’y a eu que la répartition des voix. Déclarifions seulement les appels de kiridi Bangoura (ministre secrétaire général à la présidence), Damaro (actuel président de l’assemblée nationale et Diané (ministre de la défense nationale). Dès qu’on le fera, on comprendra qu’en réalité ce n’est pas seulement ce qui s’est passé dans les urnes qu’on a reporté. Les députés qui sont là ne sont pas ceux qui ont été choisis dans les urnes. Mais, c’est une répartition qui a été effectuée en fonction du positionnement des uns et des autres par rapport au Rpg arc-en- ciel. Le PDC n’étant pas inscrit dans cette logique, s’est retrouvé hors de l’assemblée nationale », dit Mohamed Cissé.

En ce qui concerne le débat sur l’alternance démocratique, le président du PDC a dénoncé le manque de débat démocratique au sein des formations politiques.

« En Guinée, on veut juste que l’autre soit démocratique, on ne veut pas l’être nous-mêmes. C’est ce qui est dommage en Guinée. A l’UFR, ça fait plus de 20 ans que Sidya Touré est là. Vous pensez qu’il n’y a pas une personne au sein de l’UFR qui peut faire mieux que Sidya ? Alors que Sidya est en train de demander au Rpg arc-en-ciel de présenter un candidat qui soit mieux que le professeur Alpha Condé. L’UFDG c’est pareil. Cellou Dalein ça fait plus de deux mandats présidentielles il est là. Si on ne peut pas être démocratique au sein de nos formations politiques, et qu’on l’exige aux autres, ça devient compliquer. Si on avait un débat démocratique au sein de nos différentes formations politiques, on n’allait pas avoir un dictateur à la tête du pays. Si vous vous opposez farouchement à Dallein au sein de l’UFDG, vous vous retrouvez dehors. Bah Oury est un exemple. Badra koné est parti aussi de l’UFR. Dès que vous avez un débat contradictoire avec le président du parti, on vous met au dehors », regrette le président du Parti Démocrate Conservateur.

Mohamed Cissé

1 Commentaire
  1. Kabinet donzo 1 mois il y a
    Repondre

    Une analyse pertinente,président du pdc

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.