Mohamed Cissé du PDC sur la caution annoncée par la Céni : “on veut tuer beaucoup de partis…’’

Print Friendly, PDF & Email

Dans la journée de ce mardi 18 août 2020, la Commission Électorale Nationale Indépendante (Céni) a dévoilé la caution que les partis politiques doivent payer pour participer à l’élection présidentielle du 18 octobre 2020. Elle se chiffre à 800 millions de francs guinéens.

Joint au téléphone ce mardi, le président du Parti Démocrate Conservateur (PDC), Mohamed Cissé estime que cette somme est exorbitante.

Pour lui, l’objectif est de barrer la route aux nouveaux partis politiques qui veulent vendre leurs projets de société à la population guinéenne.

« Le PDC a pris acte de la décision de la Céni. Ce qui est dommage, c’est que c’est une autre forme de tuer la démocratie dans notre pays. Ça veut dire que si vous n’avez pas 800millions, vous ne pouvez pas parler, vous ne pouvez pas discuter avec la population sur votre projet de société. C’est vraiment regrettable. Et, je vois qu’Alpha Condé entretient la corruption dans le pays. Ceux-là qui ont détourné notre argent, on donne la possibilité et la latitude à ces gens-là de participer à la compétition. Les personnes de valeur, qui ont de belles idées, on leur bloque carrément la route pour s’adresser à la population, ça c’est très regrettable », déplore-t-il. 

Poursuivant, le jeune politicien dit que son parti se penchera sur la question et donnera une position dans les jours à venir.

« Mais, dans les jours à venir, le PDC va se retrouver en réunion d’urgence pour donner une suite à ça. De toutes les façons, le PDC est direct dans ses bottes et on veut participer à cette élection. C’est ce qui anime tout le monde au sein du PDC », annonce le patron du parti qui fait la promotion d’une candidature unique de l’opposition face au Rpg Arc-en-ciel.

Enfin, Mohamed Cissé estime que « C’est trop et cela est fait sciemment. On veut tuer beaucoup de partis qui ont de belles visions, qui sont compris par le peuple de Guinée, qui se battent réellement pour le peuple de Guinée. Puisque ces partis qu’on qualifie de grands partis en Guinée n’ont plus de popularité, il faut juste éliminer les partis qui ont la vision et qui sont toujours du côté du peuple. Donc, c’est trop exorbitant.

Vous voyez la situation économique mondiale aujourd’hui, partout dans le monde ça crie et toutes les activités sont au ralenti dû à la pandémie du coronavirus. Qu’on regarde toutes ces réalités et qu’on fixe la caution à 800 millions, je pense que c’est purement tuer notre démocratie. Et, c’est retirer la parole à beaucoup de personnes qui ont une vision claire et nette pour le pays », a conclu le candidat malheureux aux élections législatives du 22 mars dernier.

Mohamed Cissé

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.