Mohamed Sita Cissé aux supporters du Syli : ‘’nous devons continuer avec la même effervescence et le même enthousiasme’’

Print Friendly, PDF & Email

Parmi les hauts cadres présents à Alexandrie (Egypte) pour soutenir le Syli national figure le Directeur national des Postes, Mohamed Sita Cissé. Dans ce bref entretien qu’il a bien voulu accorder à notre envoyé spécial à cette 32ème coupe d’Afrique des Nations, il nous parle de son constat général sur le football guinéen, avant de lancer un appel aux nombreux supporters du onze guinéen. Lisez !

Mediaguinee : Vous êtes depuis quelques jours à Alexandrie pour apporter votre soutien au Syli national. Quel constat faites-vous par rapport à la prestation de cette équipe ?

Mohamed Sita Cissé : D’abord, je voudrais remercier les autorités guinéennes qui ont mis de gros moyens pour faire déplacer tout ce beau monde, plus de 600 personnes à Alexandrie qui sont tous logés dans des très bonnes conditions et qui mangent à leur faim. Ça, il faut saluer le courage et la détermination du ministre Sanoussy Bantama Sow et surtout du chef de la délégation guinéenne à Alexandrie, Fodéba Isto Keira qui ne ménage rien pour que toutes les conditions soient réunies afin que notre séjour se passe très bien. En ce qui concerne le Syli national de Guinée, je veux essayer de situer la prestation du Syli national à deux niveaux. D’abord, par rapport à la façon dont les footballeurs ont été sélectionnés et qui montre clairement que nous avons des footballeurs en Europe qui ne jouent pas en plein temps, ils n’ont pas la balle aux pieds, ça veut dire qu’ils ne sont pas totalement en forme. D’autres jouent on dirait qu’il y a eu une sorte de copinage pour faire cette sélection. C’est-à-dire les autorités de la fédération et du Ministère des Sports ont laissé entièrement la responsabilité au sélectionneur Paul Put de faire cette sélection qui n’est pas à la hauteur. Dieuxièment, c’est un appel que je veux lancer à l’endroit du Ministère des Sports de développer une politique de sport afin que des infrastructures comme des stades, des centres de formation soient mis en place pour que le football quitte maintenant les rues. Il faut que nous mettions beaucoup de moyens dans le football. Le football est un moyen de renforcement de l’unité nationale, de la cohésion sociale et de la paix. Vous avez vu à chaque fois quand le Syli national joue, l’engouement que cela suscite au niveau de tous les Guinéens de Conakry jusqu’à Yomou. Ça veut dire que les autorités doivent mettre un accent particulier sur le renforcement des capacités au niveau du sport guinéen en mettant des infrastructures de taille pour que comme je l’ai dit tant tôt, que le football quitte les rues pour les écoles et que nous puissions élaborer un plan d’action par rapport à cela pour  sauver notre football. Malgré qu’aujourd’hui, des mécènes s’investissent dedans comme Antonio Souaré, Kerfalla KPC Camara et Général Mathurin Bangoura qui apportent beaucoup aujourd’hui dans le secteur du football guinéen (…).

La Guinée rencontrera demain dimanche le Burundi. Quel appel avez-vous à lancer aux joueurs et à la population guinéenne ?

Ce que je vais dire d’abord à la population guinéenne, c’est de ne pas se décourager à apporter son soutien au Syli national. Nous devons continuer avec la même effervescence et le même enthousiasme pour montrer à la face du monde que nous sommes des sportifs et que le sport, c’est le fairplay et c’est l’acceptation du score final. Deuxièment, je demande aux footballeurs de voir la patrie, la patrie n’a pas d’égale. Ils n’ont qu’à défendre les couleurs nationales en mouillant correctement le maillot. Une fois que nous battrons le Burundi avec un score lourd et que le Nigéria arrive à gagner contre le Madagascar, je pense bien qu’on va occuper la seconde place de notre poule. Mais si le contraire se produisait et que c’est un match nul entre le Madagascar et le Nigéria et que nous arrivons à battre le Burundi avec un scort lourd on peut être parmi les 4 meilleurs troisièmes de la compétition pour se qualifier pour le second tour. Cela dépendra de l’engagement, de la détermination et surtout de la façon dont les poulains de Paul Put vont opérer le match. Je souhaite bonne chance au Syli national pour que la Guinée puisse danser et vivre cette ambiance le dimanche soir.

Propos recueillis par Youssouf Keita, envoyé spécial à Alexandrie  

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.