Monrovia : l’Union du fleuve Mano se penche sur la situation en Guinée, le Maroc sollicité

Print Friendly, PDF & Email

Le secrétariat de l’Union du fleuve Mano (UFM) a organisé une conférence spéciale de l’Union du fleuve Mano sur la diplomatie, la paix, la sécurité et la démocratie concernant la situation politique en Guinée, à l’initiative de George Weah, président du Liberia, qui a honoré l’occasion en prononçant le discours principal.

La conférence a été accueillie par le ministre des Affaires étrangères du Liberia, à l’hôtel Farmington à Harbel, dans le comté de Margibi. au Liberia, du 22 au 23 novembre 2021, qui a souhaité la bienvenue aux invités, tandis que le secrétaire général de l’Union du fleuve Mano a donné une vue d’ensemble.

Secrétaire générale de l’UFM Mme Madina Wesseh

La conférence a adopté la forme de sessions de travail séparées à huis-clos des ministres des Affaires étrangères, des ministres de la Défense et des chefs d’état-major de la défense. Au cours des consultations à huis-clos et ouvertes, les participants ont réitéré leurs graves préoccupations concernant la situation politique en Guinée. En particulier, la destitution inconstitutionnelle d’un gouvernement démocratiquement élu, et a ainsi approuvé et réaffirmé la position commune de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest et de l’Union africaine, et a promis son soutien et son engagement au processus de la CEDEAO et à la feuille de route de la transition en Guinée. La conférence a salué les efforts inlassables de Nana Akufo Addo, président de l’autorité des chefs d’État et de gouvernement de la CEDEAO et président du Ghana, pour parvenir à une résolution pacifique et à l’amiable de la situation en Guinée.

La conférence a salué les déclarations et l’engagement du conseil national de transition de la Guinée à rétablir l’ordre constitutionnel et à rendre le pouvoir dans les plus brefs délais. Les délégués ont également noté avec un vif intérêt l’accent mis par le conseil national de transition sur la lutte contre la corruption, l’initiation de réformes et le renforcement des institutions pour soutenir une transition irréversible vers la démocratie, la gouvernance et l’ordre constitutionnel en Guinée.

La conférence a adopté avec une grande satisfaction le cadre politique et le guide décrits dans le discours liminaire de la présidence du Liberia, qui a observé les menaces historiques pesant sur la paix, la sécurité et la stabilité de la sous-région et a félicité l’Union du fleuve Mano dans sa tentative de favoriser des relations de travail plus étroites avec la CEDEAO, l’Union africaine, le bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’ouest et le Sahel et d’autres partenaires pour relancer le 15èmeprotocole de l’Union du fleuve Mano sur la paix, la sécurité et la défense ; et que cette collaboration entre l’union du fleuve Mano et la CEDEAO devrait également soutenir la gestion et la résolution des conflits, la consolidation de la paix et la transformation politique en Guinée, afin de donner un élan supplémentaire à la révision proposée du protocole additionnel de la CEDEAO sur la démocratie et la bonne gouvernance de 2001.

La conférence a également adopté la proposition du président du Liberia, qui a appelé à la création d’une mission fusionnée CEDEAO-Union africaine-Union du fleuve Mano, soutenue par le fonds de la commission de consolidation de la paix des Nations unies et d’autres partenaires internationaux, afin de soutenir l’effort de médiation de la CEDEAO dans le cadre des dispositions transitoires actuellement en vigueur en Guinée pour préparer ce pays à des élections démocratiques et au retour à l’ordre constitutionnel. Le secrétaire général de l’Union du fleuve Mano a été appelé à favoriser un partenariat plus fort et plus actif dans les initiatives de construction de la paix pour l’Union du fleuve Mano, et en particulier pour son engagement en Guinée.

En outre, les participants ont décidé que :

1-Que le comité national du rassemblement pour le développement (CNRD) soit encouragé à se conformer à la feuille de route de la transition de la CEDEAO, et à établir un processus de transition clair, fixant un calendrier pour la tenue d’élections libres, équitables et transparentes et la restauration de l’ordre constitutionnel.

2-Que l’Union Mano river engage les dirigeants du CNRD ainsi que la CEDEAO afin d’élaborer un cadre pour le retour à l’ordre constitutionnel ;

3-Que la CEDEAO, l’Union africaine, le bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’ouest et le Sahel et le royaume du Maroc servent de garants moraux du rôle de soutien complémentaire de l’Union du fleuve Mano à l’agenda de la CEDEAO en Guinée ;

4-Qu’une mission conjointe composée des ministres des Affaires étrangères, des ministres de la défense, des chefs d’état-major des armées et du secrétaire général de l’Union du fleuve Mano se rende en République de Guinée dès le 2 décembre 2021 avant le prochain sommet de la CEDEAO qui se tiendra le 12 décembre 2021 ;

5-Le secrétariat de l’Union du fleuve Mano travaille avec le ministère des Affaires étrangères du Liberia pour organiser un sommet de l’Union du fleuve Mano à Monrovia, et encourage les dirigeants de l’Union du fleuve Mano à se réunir en marge du sommet de la CEDEAO à Abuja, le 12 décembre 2021, avant le sommet de Monrovia ;

6-Que l’union du fleuve Mano active l’unité de paix et de sécurité et l’actualisation de la révision du 15èmeprotocole du secrétariat de l’union du fleuve Mano pour l’opérationnalisation effective de la patrouille conjointe régulière de sécurité frontalière. La Sierra Leone a offert à la présidence l’opérationnalisation du comité conjoint de sécurité et des patrouilles frontalières au cours des 18 prochains mois ;

7-La conférence a appelé les États membres de l’Union du fleuve Mano et de la CEDEAO à continuer de défendre les principes et valeurs fondamentaux inscrits dans leurs chartes afin de promouvoir la bonne gouvernance, l’État de droit, le respect des droits de l’homme et de lutter contre la corruption sous toutes ses formes ;

8-Que le comité conjoint de sécurité de l’union du fleuve Mano soit réactivé pour améliorer le partage des renseignements et la collaboration dans la lutte contre le terrorisme et assurer la sécurité dans l’union du fleuve Mano ;

9-Que les fonds nécessaires soient mobilisés pour soutenir les réunions périodiques de toutes les structures indiquées dans le 15èmeprotocole de la paix, de sécurité et de défense révisé de l’Union du fleuve Mano.

La conférence a exprimé ses profonds remerciements et sa reconnaissance à George Weah, président du Liberia, pour la vision qui a conduit à l’organisation de la conférence.

Une synthèse de Sadjo Bah

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.