Mort d’un détenu à la Maison centrale de Conakry: plainte annoncée contre un journaliste pour « diffamation »

Print Friendly, PDF & Email

Le Ministre de la Justice Garde des Sceaux et des Droits de l’Homme annonce une plainte contre Abdoul Latif Diallo. Cette décision de Charles Wright fait suite à une publication du journaliste sur son compte Facebook relative à la mort d’un détenu de la maison centrale du nom de Minkaël Kaba, dans la matinée de ce lundi 1er août, au CHU Ignace Deen.

Dans son post, Abdoul Latif Diallo a écrit : « Ce jeune détenu âgé d’une trentaine d’années, a été conduit à l’agonie à l’hôpital Ignace Deen quelques heures avant de rendre l’âme ce matin. Plusieurs autres détenus sont gravement malades et empêchés d’aller se soigner à l’infirmerie à cause d’une décision du ministre Alphonse Charles Wright ».

« Choqué » par ses propos, le Ministre, Alphonse Charles Wright a dit lors d’un entretien avec des médias, se réserver le droit de porter plainte : « Il faut que les gens aient raison gardée lorsque vous voyez une situation. J’ai vu un journaliste qui, je vous rappelle que le département se réserve le droit d’engager une poursuite judiciaire contre ce journaliste qui s’est permis de poster sur sa page Facebook personnelle que: [Le Ministre de la Justice a refusé qu’un prisonnier se fasse soigner]. Ça, c’est de la diffamation pure et simple. C’est irresponsable. On ne peut pas se permettre de prendre des propos aussi gravissimes tenus sur les réseaux sociaux et dire qu’on va échapper à la loi. Latif [Abdoulaye Latif Diallo, journaliste ndlr] qui l’a fait va être poursuivi », a annoncé Alphonse Charles Wright.

Pour retracer les choses dit-il, et les remettre dans leurs contextes, Alphonse Charles Wright précise que depuis son arrivée à la tête du département, la prise en compte de la situation pénitentiaire des détenus fait partie de ses priorités.
« Dans un premier temps d’abord, le problème alimentaire, nous avons convoqué et revu tous les contrats, les personnes qui les préparent et qui assurent l’alimentation. Deuxièmement, il y a une infirmerie qui est au sein de la maison centrale de Conakry qui s’occupe des questions de santé des détenus. Alors, lorsqu’un détenu est malade, en matière des droits humains, il est privé que de son droit d’aller et de venir, tous ces autres droits là sont maintenus sous réserve du règlement intérieur de toutes les administrations pénitentiaires. Alors, ce qui est du cas du décès de Kaba, ce que les gens oublient, la maman du défunt était à la maison hier, d’ailleurs Kaba n’est qu’un cousin à moi, qui est poursuivi pour des faits présumés d’assassinat. On dira oui, le ministre de la Justice a laissé son cousin mourir, mais je ne suis pas là pour des questions de famille. Je suis là, c’est pour des questions d’institution. Ceux qui vous disent qu’on peut priver un citoyen de son droit de soins, relève purement de la diffamation », a-t-il déclaré.

Quelques minutes après la sortie du ministre de la justice garde des Sceaux et des Droits de l’Homme, le journaliste Abdoul Latif Diallo a insisté sur ses propos : « Le ministre de la justice, Charles Alphonse Wright décide d’engager une poursuite contre moi par ce que j’ai dit que les détenus ne bénéficient pas de soins. Charles pôpa min N’nallah j’attend la plainte »

Mamadou Yaya Barry
622 26 67 08

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.