Mory Doumbouya nommé ministre de la Justice : ‘’il n’a sauté aucune étape, il va réussir” (Me Béa)

Print Friendly, PDF & Email

Présent à N’Zérékoré, capitale de la région forestière, dans le but de s’enquérir de l’évolution des dossiers de ses clients du Front national pour la défense de la Constitution (FNDC) arrêtés suite aux violences électorales, Maître Salifou Béavogui s’est prononcé sur la nomination du tout nouveau ministre de la Justice Mory Doumbouya.

Dans l’intervention de circonstance, Me Béavogui n’a pas manqué de faire des éloges de l’ancien agent judiciaire de l’État qu’il a connu depuis belle lurette.

« Sans démagogie aucune, Maître Mory Doumbouya, avocat au barreau de Guinée connaît la justice. Il connaît le bien et le mal de la justice, je le dis en connaissance de cause. Il n’a sauté aucune étape de la justice. Aujourd’hui on le voit là-bas mais il faut l’avoir connu avant qu’aujourd’hui n’arrive. Il s’est toujours battu pour les libertés dans ce pays-là depuis que nous étions tous stagiaires. Il a défendu beaucoup de dossiers, je veux parler de l’ancien régime. Il défendait les causes qui étaient justes. Il s’est donc beaucoup battu pour défendre les innocents dans le temps passé. Il est très courageux et collé à la loi. Il ne dit rien si ça n’a pas une base légale. De façon ramassée, il est équilibré. Il est passé par un cabinet d’avocat, chez Maître feu Sydram qui fut notre professeur. Donc sa nomination me réjouit à plus d’un titre parce que c’est vraiment du sang nouveau dans l’appareil judiciaire. Si je veux vanter les qualités de Maître Mory Doumbouya bien que nous sommes toujours opposés, toujours de par sa position et de ma position, nous avions été toujours opposés dans les dossiers. Même aujourd’hui on avait une audience, l’installation des chefs de quartier et les présidents des districts. Les listes qui ont compéti aux élections communales et communautaires, l’UFDG avaient porté plainte au tribunal de première instance pour que le ministre de l’Administration du territoire prenne l’arrêté conformément à l’article 100 pour l’installation des chefs de quartiers et présidents de districts. C’est l’agent judiciaire qui avait été assigné qui a désigné un confrère. On devrait se retrouver aujourd’hui {lundi] à 12 heures à Kaloum pour ce référé. Nous sommes restés dans cette attente, le décret salvateur est intervenu de Monsieur le Président de la République qui a ordonné au Ministre de l’Administration du territoire de faire appliquer l’article 100 dans son intégralité. Donc c’est pratiquement le dernier dossier de sa fonction d’agent judiciaire qu’on devrait mener ensemble. On a toujours été opposés de par sa position et ma position. Mais qu’à cela ne tienne, c’est un confrère avec qui j’ai prêté serment la même année. Donc il va réussir sa mission. Le choix porté sur lui est un bon choix. Peut-être certains ne partageront pas mon point de vue, mais l’homme pour l’avoir connu et affronté dans plusieurs procédures et connaissant son courage et son sens élevé du juste et de la légalité, donc je suis rassuré qu’il va réussir dans sa nouvelle fonction. Lui-même, il l’a dit, la meilleure chose qu’il peut livrer, c’est la bonne application du droit, la justice, le respect de la loi. De par la personnalité, il a de la rigueur et je sais qu’il pourra faire bouger les lignes de la justice », a conclu Maître Salifou Béavogui.

Amara Souza Soumaoro, correspondant à N’Zérékoré

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.