Connect with us

Societé

Mosquée de Balaya/Lélouma : guéguerre entre des imams d’une même famille pour diriger la prière

Depuis le début du mois de ramadan en cours, une pagaille non des moindres se passe dans la grande mosquée de la sous-préfecture de Balaya, préfecture de Lélouma, dans la région administrative de Labé.

Pour cause, des imams issus d’une même famille ne cessent de disputer pour pouvoir diriger les différentes prières. Joint par la rédaction de MEDIAGUINEE, le maire de cette commune rurale confirme l’information, avant de préciser que c’est un problème qui perdure il y a de cela deux ans.

A l’en croire, c’est un jeune qui s’oppose à deux imams qui sont ses neveux mais qui sont tous plus âgé que lui. « C’est un problème qui dure depuis deux ans. L’incriminé avait promis à l’époque qu’il n’a allait plus le répéter. Mais à notre grande surprise, depuis le début du mois de ramadan, le jeune qui veux être imam a recommencé ses bêtises en s’attaquant aux deux autres imams qui sont ces neuves. C’est en 2018 que la mosquée a été ouverte. En même temps, les prières de vendredi ont été autorisées. Donc, si c’est la prière de vendredi, des imans viennent d’un autre village pour diriger la prière et il ne s’oppose pas à ceux-ci. Pour les autres jours, ce sont ses neuves à savoir Thierno Boubacar et Thierno Alpha qui dirigent les prières. Dès que ces derniers commencent, il (M’bemba) perturbe la prière. Si l’un des imams dirige la prière et qu’il prenne des sourates qui sont longues, il perturbe tout en prenant d’autres sourates courtes », explique  Mamadou Oury Diallo.

Poursuivant, notre interlocuteur a tenu à préciser : « Malgré que les deux imams sont plus âgés que lui, il reste leur oncle. Alors, pourquoi il dit qu’ils ne peuvent pas diriger la prière devant lui. Malgré qu’il a été exclu des affaires sociales du village, il continue toujours à perturber les prières. L’autre jour,  le jeune en question m’a dit qu’il a été emprisonné deux fois, mais que son exclusion dans les affaires sociales est la plus dure de sa vie. Je ne voulais même pas parler de ça parce que j’étais sur le point de le mettre aux arrêts. Il dit que comme ce sont ses parents qui ont été les premiers imans de cette localité, qu’il ne permettrait pas à d’autres personnes sinon qu’un membre direct de la lignée de ses parents », a renchérie le maire.

Selon nos informations, suite à cette situation depuis le début du mois de ramadan, les fidèles musulmans de Balaya n’ont effectué que deux prières de ‘’nafila’’ correctement.

« C’est pendant ce mois de ramadan que les conséquences de ces actes ont été plus lourdes. Comme vous le savez, les femmes sont prient souvent au dehors. Par conséquent, elles sont les plus touchées par cette guéguerre. Vraiment, c’est un vrai désordre et depuis le début du ramadan, c’est juste deux fois que les fidèles ont prié le ‘’Nafila’’ correctement dans cette mosquée », conclut-il.

Déjà, une délégation de la ligue islamique préfectorale de Lélouma a été dépêchée sur les lieux. Après plusieurs échanges, Ibrahima M’bemba Diallo maintient toujours sa position de continuer à perturber les prières. Quant au maire de Balaya, il a tapé du poing sur la table, avant de promettre qu’il mettra M’bemba aux arrêts si toutefois il n’arrêtait pas ses bêtises.

A  noter que cet acte est loin d’être un premier cas dans la région administrative de Labé. Car, l’année dernière, deux cousins se sont battus à cause du contrôle des prières à Salalbaldé.

Affaire à suivre !

Tidiane Diallo, correspondant régional à Labé

+224 620 44 25 83

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Publicités

Suivez-moi sur Facebook