Mutilations génitales féminines en Guinée : les femmes religieuses organisent une journée de réflexion sur le sujet

Print Friendly, PDF & Email

Le Secrétariat Général des Affaires religieuses, en collaboration avec son partenaire technique et financier qu’est l’UNICEF, a organisé ce samedi 16 Janvier 2021, “une journée de réflexion des femmes religieuses sur les mutilations génitales féminines (MGF) en Guinée”, qui s’est tenue dans la grande salle du Centre islamique de Donka. Objectif : améliorer la sensibilisation sur l’abandon des violences basées sur le genre, les MGF et de permettre aux femmes de se parler.

Présent à cette rencontre, le Directeur général adjoint du BSP (Bureau de stratégie et développement) Aboubacar Sidiki Nabé, a indiqué que cette journée s’inscrit dans la droite ligne de la mise en œuvre de la stratégie nationale des leaders religieux, qui a été élaborée en 2018, dont les religieuses se servent maintenant dans le cadre de la lutte contre toutes les violences basées sur le genre. « Les médecins nous ont démontré les conséquences néfastes que cette pratique ancestrale joue sur la santé de la fille et de la femme. », dit-il. Avant d’ajouter ceci : « Il n’y a aucune religion au monde qui est là à faire la dégradation de l’être humain, mais plutôt la promotion de l’humanité. C’est pourquoi, les religieux se sont investis, comme c’est quelque chose qui n’est pas dans les 5 piliers de l’islam et les médecins nous ont démontré les méfaits, nous, notre obligation c’est la protection des femmes, des filles et de toute la communauté guinéenne. »

Venue représenter la région de Mamou, Mme Tounkara Hadja Dalanda Seck promet de faire une bonne restitution, pour que les MGF puissent cesser en Guinée. « C’est un problème néfaste pour la population, surtout les jeunes filles, parce ça crée les hémorragies, les infections, le SiDA et des fois la mort subite chez les petites. Il y a aussi des méfaits entre les couples, car si une femme ne réagit pas face à son mari sexuellement, elle est inutile. Et c’est ce qui apporte le désordre dans le foyer. », explique-t-elle.

Pour sa part, M. Emmanuel Gnama Kourouma, Directeur national adjoint des Affaires chrétiennes au sein du Secrétariat Général des Affaires Religieuses, dira ceci : « Quand nous parlons des MGF, nous parlons de la souffrance des femmes(…) Par rapport à cette lutte que nous menons, c’est de faire en sorte que les MGF soient complètement bannies en Guinée. » 

Mme  Pasteur Pea Touré Ruth Léno, enseignante venue de la Guinée forestière, s’exprimera en ces termes : « Dieu a dit que tout ce qu’IL a créé est bon mais quand IL a créé l’être humain, il a dit c’est très bon…Nous sommes là  pour dire aux femmes, la manière dont Dieu vous a créées, vous êtes très belles, restez comme ça. » 

Mamadou Yaya Barry

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.