Karamo Nanfo Diaby : « libérez-moi pour que je rentre chez moi »

Print Friendly, PDF & Email

Poursuivi pour des faits de troubles apportés par le ministère de culte et manquements aux dispositions des articles 698 et 991 du code pénal guinéen, le prédicateur en N’ko, Nanfo Ismaël Diaby, âgé de 47 ans, marié à quatre femmes et père de plusieurs enfants, était à la barre ce mardi 18 mai 2021. Au terme des débats, le ministère public a requis contre lui, deux (2) ans de prison ferme et le paiement d’une amende d’un million de francs guinéens. Aly Touré est le procureur de la République près le tribunal de première instance de Kankan : « Le ministère public, par ma voix, requiert qu’il lui plaise, déclare qu’Ismaël Nanfo Diaby est suffisamment coupable des faits de troubles apportés par le ministère de culte et de manquement aux dispositions réglementaires tel que prévu par les dispositions pertinentes du code pénal en ses articles 698 et 991. Pour la répression, M. le président, vous condamnerez Nanfo Ismaël Diaby a deux ans de prison ferme et a un million de francs guinéens à titre d’amende. »

Pour son avocat, Mohamed 2 Kourouma, remplaçant de Me Salifou Beavogui, Nanfo Ismaël Diaby est innocent, d’où sa plaidoirie pour sa libération pure et simple. 

« M. le président, je vous demande très respectueusement, une fois que vous serez dans le secret de votre délibération d’appliquer seulement l’article 544 du code de procédure pénal. M. le président, quand nous sommes là, nous ne discutons pas de religion, nous sommes dans un temps, donc ne suivez pas le ministère public. Qu’il vous plaise très respectueusement M. le président de relâcher purement et simplement Karamo Nanfo Ismaël Diaby pour délit non constitué à son égard. »

Quant à l’accusé Nanfo Ismaël Diaby, pour son appel, il a décidé de suivre la voie de son avocat Me Kourouma.

« Je m’en remets complètement à la décision de mon avocat, ce qu’il a dit, je reste derrière ça. Libérez-moi pour que je rentre chez moi. »

Finalement, la décision du TPI a été renvoyée au 25 mai prochain. En attendant, Nanfo Ismaël Diaby reste derrière les barreaux de la maison centrale de Kankan.

Ahmed Sékou Nabé, correspondant à Kankan

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.