Nanfo Diaby : ‘’toute déclaration du Haut Conseil du Mali sans son Président ne me fait ni chaud ni froid’’

Print Friendly, PDF & Email

Dans un communiqué –parcouru par Mediaguinee- le prédicateur en maninka Nanfo Ismaila Diaby a démenti être sous menace d’expulsion au Mali. Il dit avoir appris cette déclaration alors qu’il se trouvait déjà à Kankan et assure que « toute déclaration du Haut Conseil du Mali sans son Président ne me fait ni chaud ni froid’’. Communiqué…

“Allah too la mahinala lé, hinala lé”

Moi, imam Nanfo Ismaël Diaby, ai entamé une tournée ouest africaine qui m’a conduit au Mali du mardi 02 février au vendredi 05 février 2021.

Lors de mon séjour à Bamako, J’ai été reçu le mercredi 03 février 2021 avec tous les honneurs par le Guide Spirituel Ousmane Madane Haïdara de l’Association Ançardines à Bamako.

Cette visite privée au domicile du Guide spirituel visait à saluer la clairvoyance islamique du guide connue par ses prises de position liée seulement au texte coranique et aux hadiths. Notamment, Ousmane Madani Chérif HAIDARA, fut le premier prédicateur à dire haut et fort il y a une vingtaine d’années que dans les textes islamiques, rien n’interdit la prière musulmane dans une autre langue que l’arabe. Position qu’il a assumée et réitérée lors de ma récente visite à Bamako.

Une semaine après mon retour à Kankan, j’ai appris par voie de presse et à travers les réseaux sociaux à travers une prétendue déclaration, que je suis menacé d’expulsion en terre africaine du Mali par le Haut Conseil Islamique du Mali à l’insu de son Président Ousmane Madane Haïdara. Toute déclaration de ce Haut Conseil sans son Président ne me fait ni chaud ni froid.

Je remercie l’équipe de communication de Ançardines d’avoir démenti que le guide ait fait volte-face et s’est dédie comme annoncé dans la prétendue déclaration sous influence de sectes dont la promotion de l’islam n’est pas leur objectif, mais l’arabisation de notre société.

En tant que citoyen de la CEDEAO et imam panafricain, je me sens chez moi à Bamako sur la terre africaine du Mandén et aucune mesure illégale ne peut être prise par les autorités maliennes contre un Mandenka comme moi sous injonction de membres de sectes soumises aux caprices de leurs maîtres étrangers sur le dos desquels ils vivent de mendicité.

Je rassure mes frères et sœurs musulmans africains que j’ai été bien traité au Mali et que je suis chez moi à Kankan depuis le Samedi 06 février dernier au petit matin, preuve que la déclaration est basée sur des éléments factuels faux. Loin s’en faut, je serai toujours chez moi dans n’importe quel pays de l’Afrique de l’ouest à plus forte raison sur la terre Farafin du Mali.

Enfin, j’invite les correspondants de médias à Kankan, à la conférence de presse que j’organise à mon domicile privé de Bordo aujourd’hui 12 février 2021 à 15h00 pour faire un compte-rendu de mon séjour à Bamako et donner ma version des faits à la presse.

Kankan, 12 février 2021

Le chroniqueur imam Nanfo Ismaël Diaby.

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.