Non adoption de la loi anti-polygamie : une députée de l’UFDG raille le ministre Cheick Sako

Print Friendly, PDF & Email

Les députés guinéens n’ont finalement pas pu adopter une loi portant sur l’interdiction de la polygamie. Cette loi révisée avait pour objectif de permettre à un homme de se marier qu’à une seule femme. Le ministre de la Justice Maître Cheick Sako accuse les députés guinéens d’avoir rejeté sciemment ce projet de loi.

A la question de savoir pourquoi cette loi n’a pas été adoptée, la députée nationale de l’Union des forces démocratiques de Guinée Mariama Tata Bah d’affirmer :

« Si Cheick Sacko affirme cela, il l’a seulement dit parce qu’il a une langue, et il n’est pas interdit de parler. Sinon il n’y a pas seulement des femmes à l’assemblée nationale, il y a également des hommes. Cette loi est à l’Assemblée depuis 2015. Mais ce qui nous fatigue nous les Noirs, tout ce que les blancs disent, nous prenons cela comme une parole divine. Ça c’est une tradition pour nous. On a trouvé nos parents se marier à plusieurs femmes, l’islam recommande aux hommes d’épouser jusqu’à quatre femmes. C’est pourquoi, nous les femmes nous n’avons pas voté, ce n’est pas par peur. Et moi si mon marie veut qu’il se marie avec une autre ou deux jusqu’à quatre femmes, je ne vais pas m’opposer à cela. Et si nous votons cette loi nous n’aurons pas fait ce que veut la population. En plus refuser de voter cette loi n’est pas marginaliser les chrétiens, s’ils veulent comme dit leur religion, ils vont se marier qu’avec une seule femme », lâche l’honorable Mariama Tata Bah.

Parlant toujours des lois soumises aux députés guinéens pour adoption, la députée souligne qu’elle avait sollicité auprès de ses pairs de l’assemblée nationale, l’adoption d’une loi qui pourrait amener l’Etat à castrer tout homme qui serait reconnu coupable de viol. Mais, dit-elle, elle n’a pas été soutenue par ses collègues députés. Néanmoins elle s’est réjouie tout de même de la peine de 5 ans de prison ferme contre toute personne reconnue coupable de viol.

A noter qu’actuellement en République de Guinée, la loi interdit la polygamie.

Tidiane Diallo, correspondant régional à Labé

620 44 25 83

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.