Connect with us

Societé

NOTE DE LECTURE. « Trente années d’ajustements structurels en Guinée » (Editions PAF)

Published

on

Pour ses premiers pas dans l’écriture, l’économiste Nasser Keïta jette un regard critique sur les différents programmes d’ajustement structurel que la République de Guinée a connus depuis 1986. Son ouvrage intitulé « Trente années d’ajustements structurels en Guinée », édité par la maison canado-allemande des Presses Académiques Francophones (PAF), n’est pas seulement un document de base rédigé par un expert de haut niveau et destiné aux historiens de la science économique ;  il apporte une analyse originale de ce qui a constitué, pour un pays à la recherche de la prospérité, la charpente des différentes politiques économiques menées en Guinée après l’ère Sékou Touré.

Avant d’aborder le cœur du livre, Dr Nasser Keïta revisite les programmes économiques conduits par les différents gouvernements avant l’irruption des militaires en avril 1984, suite à un coup d’Etat. Avec une pointe de nostalgie, il rappelle les grandes ambitions de la France coloniale – et de son représentant d’alors, le gouverneur Rolland Pré – finalement brisées par le « non » de 1958 qui a radicalement changé le destin de la Guinée. Vexé par « l’affront » de Conakry, le Général de Gaulle a activement œuvré pour l’échec des nouveaux maîtres de la République de Guinée en rappelant brutalement les coopérants, en exerçant une pression diplomatique auprès des partenaires potentiels du pays, en désorganisant l’administration et en privant le pays des moyens financiers essentiels pour repartir sur de bonnes bases . « La Guinée vota « Non » à plus de 98% et demanda à la France de lui aménager des accords de coopération qui lui furent refusés pour « punir » le mauvais exemple ! Ce fut le début d’un embargo non déclaré et d’une guerre psychologique qui se traduisait en Guinée par des conséquences politiques assez désastreuses. La France impose son veto à l’adhésion de la Guinée aux Nations Unies, avant de le reconnaître définitivement en 1959 », souligne l’auteur.

Ainsi, plus tard, la politique économique élaborée par le Parti Démocratique de Guinée (PDG), avec les quatre plans concoctés par les autorités de l’époque, n’avait quasiment aucune chance de sortir le pays de la pauvreté. Dr Keïta passe au crible ces  différents plans de développement en faisant un constat implacable : le volontarisme de leurs auteurs masquait mal l’insuffisance de leur préparation. C’est dans ces conditions qu’intervint le changement d’avril 1984, suite à la disparition du président Ahmed Sékou Touré.

Les difficultés de mener à bien le redressement du pays va jeter la Guinée et ses dirigeants militaires dans les bras du Fonds monétaire international (FMI) avec ses méthodes directives, en dépit d’un semblant de concertation entre le gouvernement guinéen et l’institution de Bretton Woods. L’auteur lève un coin du voile sur la préparation de qui va aboutir à la première phase de transition (1986-1988). Morceaux choisis :

« Les mesures préalables à mettre en œuvre visaient essentiellement une refonte des structures institutionnelles et un ajustement massif du taux de change officiel afin de l’aligner sur les cours du marché parallèle. Pour illustrer l’effet « coup de poing » voulu par le FMI, rappelons que la mission arrivée le 28 octobre 1984 à Conakry souhaitait une réponse sur les grandes orientations  avant le 3 novembre et la prise des principales mesures dont la dévaluation avant le 15 novembre 1984.

Il est évident que le « paquet » proposé et livré par le FMI, derrière une vision très technicienne des problèmes, véhicule un choix idéologique et politique qui n’est pas neutre ; choix que bon nombre d’États, dont la Guinée en octobre, ne se sont pas résolus à faire.

Car dans ce cas précis, l’évidence du manque de préparation crève les yeux. Et le constat n’est pas anodin ; l’arrivée du FMI en Guinée dans les conditions aussi aléatoires qu’offre un régime d’exception ne plaidait pas du tout en faveur de la pertinence des « recommandations » de l’institution et, circonstance aggravante, c’est justement ce manque de préparation et de rigueur que le Fonds était censé corriger », assène Dr Keïta. Le ton est donné !

Point par point, les détails des différents programmes (y compris celui signé en 2012  et conclu en 2016, le seul de tous à avoir été bouclé) sont passés sous les fourches caudines d’un économiste qui a le mérite de présenter une vision claire et courageuse des faits tout en faisant montre d’une grande objectivité dans la critique.

Titulaire d’un PHD en économie, Nasser Keïta est l’un des rares économètres guinéens. Son admirable thèse intitulée « Les mécanismes de transmission de la politique monétaire en République de Guinée » a également été publiée par les éditions PAF.

Saliou SAMB

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Publicités
  • Angela Merkel à Auschwitz, un message à l'antisémitisme 6 décembre 2019
    L'ancien camp de concentration d'Auschwitz incarne l'horreur de l'extermination des juifs planifiée et exécutée par le régime nazi. Pour Angela Merkel, chacun devrait se sentir en sécurité en Allemagne et en Europe.
  • Emmanuel Macron et la présence militaire française au sahel 6 décembre 2019
    Au menu : la démographie en Afrique. Egalement, la sortie président français Emmanuel Macron en marge du sommet de l’Otan, invitant les présidents des pays du G5-Sahel à Pau en France, est commentée dans la presse.
  • RDC : l’armée nie être complice des ADF 6 décembre 2019
    Le porte-parole de l'armée congolaise considère l'hypothèse d'une complicité "impossible". Un rapport de mai 2015 des Nations unies évoquait pourtant une " ample collusion » entre les FARDC et les ADF. 
  • Les Nigériens agacés par la convocation d'Emmanuel Macron 6 décembre 2019
    Pour entendre leurs positions sur les appels au départ des forces françaises, Emmanuel Macron a convoqué les dirigeants africains du G5 Sahel en France. Mais les propos du chef de l'Etat français passent mal au Niger.
  • Emmanuel Macron jette une pierre dans le G5 Sahel 6 décembre 2019
    Le président français exige des chefs d'Etats du G5 Sahel, une clarification de leur soutien à la présence militaire française sur leur territoire. 
  • Mauricio Pochettino n'est pas dans le plan du Bayern 6 décembre 2019
    Le Bayern travaille en coulisse pour choisir un nouvel entraineur sur le long terme. Libre de tout contrat, l'Argentin Mauricio Pochettino n'est pourtant pas dans le viseur du club champion d'Allemagne
  • Bayern Munich: Mauricio Pochettino n'est pas envié par le club 6 décembre 2019
    Le Bayern travaille en coulisse pour choisir un nouvel entraineur sur le long terme. Libre de tout contrat, l'Argentin Mauricio Pochettino n'est pourtant pas dans le viseur du club champion d'Allemagne.
  • RCA : le comité de suivi du processus électoral contesté par l'opposition 6 décembre 2019
    A un an des échéances électorales en Centrafrique, un comité stratégique d’appui au processus électoral a été créé par le gouvernement et cela malgré l’existence de l’Autorité nationale des élections (ANE).
  • Menace de boycott sur la présidentielle en Algérie 5 décembre 2019
    L’élection présidentielle du 12 décembre est peut-être la plus difficile du pays. Les opinions pour et contre sont dans un face-à-face inattendu et seul le taux de participation pourra les départager.
  • Avec la Russie, le baton et la carotte 5 décembre 2019
    Les services secrets russes sont accusés de mener des activités douteuses depuis le territoire de plusieurs pays européens. La presse souhaite alors la fermeté tout en gardant le contact avec Moscou sur certains sujets.
  • Une affaire Skripal façon allemande 5 décembre 2019
    Deux employés de l'ambassade russe à Berlin déclarées personae non grata pour ne pas assez coopérer dans une enquête sur un meurtre commis en Allemagne, qui pourrait avoir été commandité en haut lieu.
  • Nouvelle arrestation d'un militant des droits de l'Homme au Tchad 5 décembre 2019
    D'abord interpellé pour diffamation, Mahamat Nour Ahmat Ibedou est désormais accusé de meurtre et tentative de meurtre. A N'Djamena, comme dans la diaspora, des voix s'élèvent pour dénoncer cette nouvelle arrestation.
  • "Il n'y a pas de complot extérieur contre l'Afrique" A. Ould Abdallah 5 décembre 2019
    Alors que le sentiment anti-français croît de nouveau au sein des populations dans le Sahel, Ahmedou Ould Abdallah, ancien ministre mauritanien des Affaires étrangères, dénonce son instrumentalisation.
  • La place contestée de la Turquie au sein de l'OTAN 4 décembre 2019
    Malgré l'offensive unilatérale de l'armée turque au nord de la Syrie, Ankara reste un membre solide de l'OTAN.
  • Existe-t-il une complicité entre l'armée congolaise et les rebelles ADF ? 4 décembre 2019
    Le spécialiste des questions de sécurité Boniface Musavuli estime que les ADF actuels, accusés du massacre de centaines de civils, agiraient grâce à la complicité de certaines unités des FARDC.
  • L'OTAN en quête d'objectifs communs 4 décembre 2019
    Malgré la signature d'une déclaration finale, l'heure n'était pas à la fête au sommet des 70 ans de l'OTAN à Londres.
  • Tchad: un ex-Premier ministre incarcéré pour corruption 4 décembre 2019
    L’ancien Premier ministre Kalzeubé Payimi Deubet, secrétaire général de la présidence, est accusé de complicité d’escroquerie, d’abus de fonction et de tentative de détournement des deniers publics. Il a été incarcéré.
  • L'Allemagne attendue sur la crise anglophone au Cameroun 4 décembre 2019
    Le conflit dans les régions anglophones a forcé plus de 700.000 personnes à fuir leur domicile et fait plus de 3.000 morts. Après l'échec du dialogue national, la résolution de la crise pourrait venir de l'extérieur.
  • "La soumission n'est pas un choix pour moi" 4 décembre 2019
    Ce 4 décembre, la fondation Right Livelihood remet son prix 2019, souvent surnommé "prix Nobel alternatif". Cette année, le jury a choisi quatre militants pour être lauréats, parmi lesquels Aminatou Haidar.
  • PL : Manchester City ne lâche rien 4 décembre 2019
    Les Citizens se sont largement imposés à Burnley (1-4) et reviennent à huit points de Liverpool, qui affronte ce soir Everton dans le derby.