Noussy (Labé) : le maire et son général à couteaux tirés autour de 2000 jugements supplétifs octroyés par l’Unicef

Print Friendly, PDF & Email

Depuis quelques jours, toutes les attentions sont focalisées sur la commune rurale de Noussy, dans la préfecture de Labé. C’est autour d’une affaire de 2 mille jugements supplétifs octroyés par l’Unicef (Fonds des Nations unies pour l’enfance) à des enfants. Il n’en fallait pas, c’est tout ce qui met en mal le maire et le secrétaire général de cette localité. Tout est parti du prix de ces documents. Si à la base c’était moyennant zéro franc, à en croire le maire, le général a rechaussé le prix de 2 mille à 20 mille francs guinéens.         

« L’Unicef est en train d’appuyer les communes rurales pour venir en aide aux enfants qui n’ont pas d’extrait de naissance en leur donnant des jugements supplétifs. Vous n’êtes sans savoir si un enfant ou un nouveau-né a plus de 6 mois, dès cet instant c’est le jugement supplétif qui est valable. Donc nous à Noussy, l’Unicef nous a donné 2 mille exemplaires. Parmi ces 2 mille jugements supplétifs, nous avons recensé 200 enfants. Donc lors de la dernière session ordinaire qui s’est tenu le samedi 28 novembre passé, j’ai convoqué les présidents des districts pour les recevabilités. Dans cette rencontre au moment de les informer que l’Unicef nous a octroyé 2 mille jugements supplétifs, et déjà 200 enfants ont été enregistrés et que le prix par jugement supplétifs est 10 mille fg, le général a surgi pour dire que c’est 20 mille fg. J’étais étonné, je lui ai posé la question comment le prix est arrivé à 20 mille fg. Dans la foulée, je suis allé à la préfecture pour rencontrer le DMR (le directeur de microréalisation) afin d’être édifié sur le prix, ce dernier m’a dit que le prix initial est 2000 fg, alors que le général m’avait dit que c’est 3000 fg. Mais comme il ne peut pas remplir seul les documents, il doit compter sur des gens, donc d’augmenter le prix. Je lui ai proposé 5 mille, il (général ndlr) m’a dit que c’est petit, donc on est tombé d’accord à 10 mille fg comme les autres communes. Mais en sensibilisant les citoyens que le prix a été revu à la hausse pour permettre de payer ceux qui vont remplir les documents. Mais quand le général a dit que c’est 20 mille par document, je ne pouvais pas l’accepter. Nous ne sommes pas élus pour arnaquer les citoyens », Explique Mamadou Oury Diallo.

Interrogé sur ces allégations portées contre sa personne, le secrétaire général de la commune rurale de Noussy nie en bloc, avant d’apporter des précisions.  

« Ce que le maire a dit sur moi a été monté de toutes pièces. C’est le mercredi passé que le maire m’a appelé vers 12 heures pour me dire que le président du district de Diawoya, lui a dit que, j’ai dit que le prix d’un jugement supplétif octroyé par l’Unicef c’est à 20 mille fg, j’ai dit que je n’ai jamais dit ça. C’est du faux. Voilà ce qui s’est passé : c’est le chargé des organisations des collectivités de Labé qui nous a appelés pour nous dire, nous les secrétaires généraux ou les chargés de l’Etat civil des communes d’aller sensibiliser les populations en les informant que c’est l’Unicef qui a octroyé ces documents. Moi, personnellement j’ai recensé 199 naissances de 0 à 5 ans, que j’ai envoyées à la préfecture. Après on m’a appelé, je suis allé récupérer, j’ai informé le maire, tout en lui disant que j’ai le paquet de 2 mille jugements supplétifs mais à moi seul je ne peux pas les remplir, donc de me trouver cinq enseignants qui vont m’aider, mais toutes ces personnes comptées n’étaient à la hauteur de la tâche, actuellement je suis le seul à faire le travail.  Parlant du prix, le C.O.C (chargé des organisations des codes de collectivité ndlr) m’avait dit que c’est 2 mille fg. Moi, je n’ai réclamé aucun franc, je ne me reproche de rien, personne ne m’a donné aussi de l’argent. Maintenant comme il y a trop de bruit sur ça quand je fini de remplir je vais envoyer les documents à la commune rurale »,  s’est défendu El. Mamadou Alpha Diallo.

A noter que toutes nos tentatives de joindre le COC (chargé des organisations des codes de collectivité ndlr) de la préfecture ont été vaines. Nous y reviendrons.

Tidiane Diallo, correspondant régional à Labé.

620 44 25 83

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.