Nouveau gouvernement : et si le (grand) gagnant c’était lui ?

Print Friendly, PDF & Email

Le premier remaniement du sextennat est presque bouclé. Plusieurs ministres ont été confirmés à leurs postes. Cinq seulement ont été remerciés (Moustapha Naïté des Travaux Publics, Aboubacar Oumar Bangoura de l’Enseignement supérieur, Oumar Diallo des lois sociales, Mariama Sylla des Affaires sociales et Mouctar Diallo de la Jeunesse et de l’Emploi Jeunes). Mais, Aboubacar Sylla, leader de l’Union des forces du changement (UFC), entré dans le gouvernement en même temps que le jeune Mouctar, a gardé son titre de ministre d’Etat et raflé le vaste et complexe département de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.

Réputé intelligent, bosseur et tenace, Aboubacar Sylla hérite donc d’un département costaud, fortement appuyé par les partenaires, mais chancelant à cause des grèves à répétition. Le fils de Kindia trouve sur sa table plusieurs dossiers qui, s’ils ne sont pas vite évacués, risquent d’agiter sérieusement le pays. Ce sont entre autres, l’amélioration des conditions de travail et de vie des enseignants, l’amélioration des programmes d’études, la sensible question d’orientation des étudiants vers les universités privées et surtout la question jamais solutionnée des scientifiques. Ces derniers, bien que très sollicités, restent les parents pauvres. Le nouveau ministre doit s’armer de stratégies pour aller vers les partenaires prêts à mettre des fonds à disposition de la Recherche en Guinée afin de revitaliser ce domaine.

Quitter donc les transports pour le très stratégique département de l’Enseignement supérieur (l’administration des élites) relève d’une grande confiance. A Aboubacar Sylla de la mériter.

Mediaguinee

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.