Nouveaux formateurs de la police: « ma génération n’a pas eu cette chance » (Baffoé)

Print Friendly, PDF & Email

Vendredi, 5 novembre 2021, à l’occasion de la cérémonie de clôture de formation de plusieurs policiers qui sont  désormais formateurs en unité de police constituée, l’inspecteur général de police, Ansoumane Camara « Baffoé », directeur national de la police a, au nom du ministre de la Securité et de la Protection civile, exprimé sa  gratitude au Chef de l’Etat, président de la République.

Poursuivant, il  a rappelé que cette formation tant attendue et qui est une première en Guinée vise essentiellement à former les formateurs au sein de la police nationale guinéenne qui auront désormais la lourde charge de préparer la mise en place du déploiement des unités de police constituées dans le maintien de la paix des Nations-Unies.  
« C’est pourquoi, durant 2 mois, les experts formateurs de l’école de maintien de la paix Alioune Blonden Beye ont fait preuve de disponibilité, pour transmettre leur savoir-faire à travers les thèmes et modules. Qu’ils en soient remerciés. Chers officiers bénéficiaires de cette formation, il vous appartiendra désormais de valoriser ces acquis  par la pertinence des enseignements qui feront que les unités constituées de la police formées en Guinée répondent effectivement aux aspirations des Nations unies dans les missions de la paix dans le monde. », a-t-il souligné.
Ensuite, il a remercié  l’école de maintien de la paix Alioune Blonden Beye de l’institut des Nations unies pour la recherche de la formation avant de les rassurer de l’engagement des officiers bénéficiaires de cette formation mais aussi de toute la police nationale « à répondre favorablement à l’appel mais aussi à toute la police nationale à répondre favorablement à l’appel des Nations unies partout où besoin de consolidation de la paix des opérations de sauvetage à caractère humanitaire du maintien et  l’établissement de l’ordre se fera consentir ».
Aux desormais formateurs, il (Baffoé)  leur a promis qu’il rendra compte au ministre de la Securité de leur demande et qu’il se pourrait que dès le lundi prochain, il commence à former d’autres. « Désormais, non seulement des formateurs des formateurs de leur pays Guinée, mais de la sous-région et du monde même.  Ça veut dire que demain, la dame qui vient de lire le mot des participants peut se retrouver demain en Côte d’Ivoire, au Niger, au Sénégal comme formateurs, comme nos amis qui sont assis ici.Ça c’est une fierté, c’est une première. Ma génération n’a pas eu cette chance. Ça nous fait plus de 30 et quelques années, nous sommes dans le maintien d’ordre, on n’a jamais eu une cinquantaine  de personnes formées dans les modules comme ça, donc profitez-en. Il faut profiter et dans le message des stagiaires, ils ont demandé à ce qu’on leur permette de démultiplier la formation-là aux autres personnels de la police nationale.  Je vous promets, je rendrai compte tout à l’heure au ministre de la Sécurité. »

Christine Finda Kamano

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.