N’Zérékoré : des conducteurs de mototaxi se familiarisent avec les codes de la route

Print Friendly, PDF & Email

Cette corporation est souvent accusée d’être la cause des accidents de la circulation dans la commune urbaine de N’Zérékoré. Ils sont au total donc 3000 conducteurs de mototaxis qui bénéficient de cette formation qui sera sanctionnée par la remise des permis de conduire. C’est le directeur régional de la police routière Bangoura Kandel Roger qui a présidé le lancement de cette formation.

Selon ce premier responsable de la sécurité routière, cette initiative tant souhaitée par son service vient à point nommé.

« Depuis des années, je rêvais de cette formation en faveur des conducteurs de mototaxis parce qu’ils sont à la base de la plupart des accidents dans la ville de N’Zérékoré. Je profite pour remercier Augustin Nema Maomy qui a pensé à ces milliers de jeunes pour financer à fonds propres.

Ces conducteurs de mototaxis commettent assez de fautes dans la circulation par ignorance.

Ils n’ont jamais bénéficier même d’une heure de formation pour se lancer dans cette profession.

Je pense qu’après cette formation, ils vont améliorer suffisamment leur capacité de travail et de fonctionnement.

Aujourd’hui je suis très heureux. C’est nous les responsables et agents de la police routière qui souffrons de l’ignorance des conducteurs de moto.

Les accidents dont ils sont souvent à l’origine des fois sont dus à l’excès de vitesse parce qu’ils sont toujours pressés à la méconnaissance des codes de routes », a expliqué le Commissaire de police.

Éric Bavogui formateur, est quant à lui revenu sur les enseignements dont bénéficieront les conducteurs de mototaxis durant ces jours.

« En quelque sorte pendant ces jours, il y aura bel et bien une gamme de cours qu’on va aborder. En général nous avons 6 thèmes. Le premier c’est la tenue vestimentaire en conduite auto, le deuxième c’est la circulation, le troisième ce sont les cas interdis, le quatrième, les états physiques d’un conducteur parce que quand on parle, les états physiques c’est effectivement l’État dans lequel un conducteur doit se trouver avant de conduire, et le cinquième, c’est la statistique du taux d’accident de la circulation de la commune urbaine de N’Zérékoré et le sixième thème c’est la règle d’or c’est-à-dire les conseils auxquels il faut obéir en circulation », dira Monsieur Bavogui.

En peu de mots, notre commissaire fera part de ses attentes. « Ça va nous aider à réduire le taux d’accident de la circulation dans la préfecture.

Quand vous prenez aujourd’hui selon les données que nous avons reçues pour les deux trimestres, le taux de mototaxis impliqués dans les cas d’accidents ici en ville est de 209 de janvier à maintenant », ajoute le formateur.

Il faut préciser que cette formation est financée par un des fils ressortissants de la région, en la personne de Augustin Nema Maomy, un des émissaires du Président de la République lors des crises.

Il avait promis pendant ce temps de venir en aide à cette corporation, l’une des couches les plus exposées aux différents affrontements enregistrés dans la région.

Amara Souza Soumaoro, correspondant à N’Zérékoré

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.