N’zérékoré : jets de pierres contre les lieux de culte, une réunion d’urgence convoquée…

Print Friendly, PDF & Email

Pour prévenir les violences dans la région forestière liées aux consultations électorales passées, les autorités locales ont convoqué une rencontre ce mercredi dans la salle de conférence de la mairie de N’zérékoré.

C’était en présence du préfet de N’zérékoré, le maire de la commune, le responsable de la lutte anti-drogue et des crimes qui séjourne dans la région, le commandant de la quatrième région militaire, des responsables de service de sécurité ainsi que des chefs de quartier, leaders religieux et des personnes ressources.

Moriba Albert Délamou, première autorité de la commune, a justifié cette rencontre par la préservation d’une paix définitive.

 

Prenant la parole, le préfet Saa Yoola Tolno a dénoncé des actes de certains inconnus qui se permettent de jeter les cailloux sur les lieux de cultes dont la cathédrale et la mosquée. Une altitude qui ; selon lui, qui pourrait se solder aux conflits inter- ethniques.

 

“Certaines personnes malintentionnées qui ne veulent pas la paix et la quiétude sociale commencent encore à se remuer.

Tout dernièrement et c’est ce qui a fait l’objet de la convocation de cette réunion. On a nous a signalé qu’à l’église catholique, la cathédrale dans cette cour, il y a des gens qui sont allés jeter des cailloux. Et de l’autre côté, on nous a signalé que tout près de la cathédrale, la cour d’une mosquée, des gens ont jeté des cailloux.

Puisque nous savons la stratégie du malfaiteur, de ceux qui veulent encore mettre du feu dans la ville de N’zérékoré, nous avons dit qu’il ne faut pas négliger.

On s’est entretenu avec Monsieur le gouverneur avec le Colonel Tiégboro, le Commandant de zone et tous les services de défense et de sécurité pour trouver une solution,” dit le préfet.

Colonel Moussa Tiégboro des services spéciaux de renchérir : ‘’comme il l’a dit, ça été ainsi. Avant-hier, on s’est retrouvés à l’issue d’une information qui est venue de deux lieux religieux, la mosquée et l’église.

Donc, cette information était tellement capitale, on a nécessairement pu se retrouver.

On ne rentre pas dans l’histoire récurrente des violences à N’zérékoré, puisque la page est tournée de façon sacrée et cela s’est passé de façon devant tout le monde à la place des martyrs. Ce qui fait que cette fois-ci les gens de N’zérékoré ont voté massivement et dans la paix.

La semaine passée, moi je dirais comme ça, les intrus se sont encore permis de tenter de créer un sentiment de méfiance entre les neveux et l’oncle comme on le dit comme ça à N’zérékoré.  N’zérékoré, c’est tellement sensible entre konianké et kpelé.

Quand tu touches tout de suite la mosquée, le konianké pense que c’est eux, et quand tu touches à l’église, le kpelé pense que c’est eux encore.

Et tout ce qui est visé c’est quoi, c’est pour que ces deux frères traditionnellement soudés soient encore aux prises, c’est de fragiliser la paix définitive qui est scellée.

C’est pourquoi nous avons convoqué cette réunion d’urgence pour que si quelqu’un est protégé dans la rue qu’il ne dit pas que c’est un Konia où kpelé », a expliqué le colonel Moussa Tiégboro Camara.

 

Dans la foulée, le maire de la commune a indiqué que des dispositions sont prises pour mettre hors d’état de nuire ces individus qui veulent mettre le feu à la ville.

Par ailleurs, il a rappelé aux médias à plus de prudence lors des émissions interactives.

 

Il faut par ailleurs noter que les débats se sont poursuivis entre les autorités et le chef de quartier, leaders religieux et personnes ressources pour trouver une solution à cette situation.

Pour rappel, de 1991 à 2020, plusieurs centaines de personnes ont trouvé la mort suite à des violences électorales.

Et la dernière en date, est celle du 22 mars dernier lors des élections législatives et référendaire où plus de 20 personnes ont trouvé la mort.

 

Amara Souza Soumaoro, correspondant à N’zérékoré

 

 

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.