N’zérékoré : la journée internationale de la Femme africaine célébrée sous le signe de la paix

Cette cérémonie a regroupé les autorités politiques, religieuses, coutumières, des partenaires techniques et financiers ainsi que des ONGs de défense des droits de l’homme et plus particulièrement des femmes.

C’est le collectif des Femmes leaders de Guinée qui a initié cette activité avec pour thème,  » Femme face au réchauffement climatique et l’environnement ».

Dans son discours de circonstance, la présidente du collectif, Hélène Zogblemou, a mis l’accent tout d’abord sur les discriminations dont fait face la gent féminine en Guinée.

« La discrimination qui s’exerce contre la femme à travers le monde et particulièrement en Afrique, est incompatible avec la dignité humaine, avec le bien- être de la famille et celui de la société. Cette discrimination empêche ainsi la femme de participer de façon active à la vie sociale, culturelle économique et politique de son pays, voire l’humanité. En effet, à compétence égale, la femme peut assurer les mêmes responsabilités que l’homme. Malheureusement, hélas ! Dans nos sociétés africaines, elle est constamment contrariée. Peu de femmes en Afrique participent aux prises de décisions dans les instances supérieures de leur pays. C’est un appel fort aux gouvernements de nos États à prendre en compte les préoccupations des femmes : Autonomisation, lutte contre la destruction de l’environnement aux conséquences incalculables et la promotion de la paix, » a relaté l’activiste qui reconnaît toutefois des efforts fournis par le Gouvernement dans ce sens.

Roger Yacé Koulemou, secretaire général de la Promotion féminine, de l’ Enfance et des Personnes vulnerables  a rassuré de la disponibilité du Gouvernement particulièrement du département à accompagner le collectif. 

« Madame la ministre est très satisfaite de vous voir vous intéresser  à cet événement,  la problématique de l’environnement. Elle m’a donc chargé de vous rassurer que le CNRD  crée toutes les conditions pour que la femme guinéenne puisse jouir pleinement de ses droits. Le CNRD, par son président lui-même le 8 Mars avait octroyé à des groupements féminins, plus de 300, une somme de 50 millions chacun pour permettre aux femmes de s’auto-développer et s’émanciper, » a fait savoir le représentant de la ministre de l’Action sociale.

Représentant la ministre de la Communication, Makémé Bamba, directrice Générale des Radios rurales de Guinée, a félicité le collectif pour cette initiative, qui s’inscrit selon elle dans les objectifs des nouvelles autorités.

« Vos idéaux pour l’émancipation de la femme africaine et particulièrement celle de la Guinée et de N’zérékoré s’inscrivent en droite ligne, avec la politique générale du président de la République, le Colonel Mamadi Doumbouya.

Cette politique consiste à consolider, et à garantir le pouvoir des acquis relatifs aux questions de la femme en général et aux questions de l’environnement en témoigne d’ailleurs la récente campagne de reboisement lancée par le Chef de l’État.

Il ne faut pas occulter le rôle prépondérant que la femme joue dans la protection de l’environnement, » a indiqué la journaliste.

C’est le préfet de N’zérékoré qui a donc eu l’honneur de lancer les activités de reboisement à la place des Martyrs.

Dans son message, le colonel Alseny Camara a invité les populations à la consolidation de la paix, qui est gage de tout développement mais aussi encourager chacun à planter un arbre pour la protection du couvert végétal.

Pour cette journée, ce sont au total, 1000 plants qui seront plantés dans la ville de N’zérékoré, une façon pour le Collectif des femmes leaders de Guinée de célébrer cette journée.

Amara Souza Soumaoro, correspondant à N’zérékoré

+224 621-94-17-77

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.