N’Zérékoré, l’autre nid de la prostitution des jeunes filles : ‘’mes enfants ne comptent que sur moi’’

Print Friendly, PDF & Email

De nos jours, force est de constater qu’à N’Zérékoré, la capitale de la région forestière, au sud de la Guinée, la prostitution se porte comme un charme. Des jeunes filles, sans gêne, exercent le plus vieux métier du monde pour subvenir à leurs besoins vitaux. Nombreuses sont parmi elles qui viennent des villages ou des pays frontaliers et qu’on retrouve dans les motels, les hôtels, les maquis et les maisons de passe de la place.   Beaucoup disent venir apprendre un métier dans la commune urbaine mais finissent par s’adonner à la prostitution par manque de soutien.

Rencontrée dans un maquis, une jeune fille ayant requis l’anonymat nous a fait savoir qu’elle se prostitue parce qu’elle manque de soutien. « J’ai perdu mes deux parents à bas âge. J’ai été par la suite soutenue par ma grand-mère qui, trois ans plus tard, est décédée à son tour. Donc je n’avais plus de soutien. J’ai alors décidé de rejoindre la ville de N’Zérékoré pour venir apprendre un métier », témoigne-t-elle. À la question de savoir pourquoi elle fréquente ce lieu, elle répond : « Je suis responsable de mes dépenses ici. C’est pourquoi, après le travail, je viens chercher un peu d’argent pour pouvoir manger, payer le salon, payer ma chambre et m’habiller ». Pour ce qui est de son exposition aux maladies sexuellement transmissibles, la jeune fille nous a fait comprendre qu’elle oblige ses partenaires à se protéger lors des relations sexuelles.

Cette autre fille, qui a l’air malade dans une maison de prostitution à Gonia, un quartier de la commune urbaine, a dit que c’est ce travail qui lui permet de s’occuper de ses enfants. « Mon mari est décédé il y a de cela plusieurs années. Mes enfants ne comptent que sur moi », soutient-elle.

Il faut par ailleurs souligner que cette couche féminine exposée à toutes sortes de maladies ne semble pas prête à abandonner ce métier à haut risque.

Pour 15000 FG, ces jeunes filles dont l’âge varie entre 15 et 25 ans, peuvent se livrer à n’importe quel ‘’client’’.  Une situation qui devrait interpeller les autorités à tous les niveaux, surtout quand on sait que la prostitution est interdite par la loi guinéenne.

Amara Souza Soumaoro, correspondant  à N’Zérékoré

+224 621941777

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.