N’zérékoré : le président de la chambre régionale du commerce décidé à mettre de l’ordre dans le secteur café-cacao

Print Friendly, PDF & Email

Le président de la chambre régionale du commerce et l’inspecteur régional du commerce ont convoqué les acteurs des filières café-cacao de la région forestière ce jeudi dans la salle de conférence du gouvernorat pour se penser sur l’application de l’arrêté relatif au lancement de la campagne de commercialisation de ces produits en République de Guinée 2021-2022.

Prenant la parole pour la circonstance, Makan Camara est tout d’abord revenu sur le lancement qui s’est tenu à Labé au mois de septembre 2021. Il a par ailleurs rappelé aux planteurs, collecteurs et acheteurs, la nécessité d’exporter les bonnes qualités.

« Il y a près deux ans que nous avions mis un bureau de la fédération des acheteurs des produits café et cacao. Ce qui veut dire que nous avions sur place les représentants de la confédération nationale dans la région. Mais malheureusement, ça coïncidé à la maladie qui ne nous permettait pas de nous réunir. C’est aujourd’hui donc nous avions lancé ce bureau. Nous avons donc informé tous les acteurs ici dont Planteurs, acheteurs et collecteurs que les anciennes pratiques sont révolues. La qualité du produit qui vient de N’zérékoré n’est pas bonne. Tout le monde est unanime sur ça. Et c’est d’ailleurs le plus mauvais dans la région. Une pratique qui n’honore pas la région. Et maintenant que le bureau doit fonctionner, il fera face à cette réalité. Et déjà, les acheteurs des produits sont alertés que cela ne passera plus ici. Nous, nous avions eu les instructions et nous ferons que les appliquer à la lettre. Chacun alors doit s’impliquer en changeant ses pratiques anciennes, pour pouvoir donner une bonne image à notre production. Il faut donc donner le temps que la récolte soit prête, sinon, on n’aura pas la bonne qualité mais aussi le respect de l’humidité surtout. Ce n’est que les préfectures de Macenta, Guéckédou et Kissidougou qui commercialisent la bonne qualité. Alors, toute la région doit faire ainsi », a expliqué Makan Camara.

De son côté, l’inspecteur régional du commerce, Amadou Kouyaté s’est dit déterminé à infliger les sanctions aux réfractaires qui n’accepteraient pas respecter le contenu de ce document qui y va selon lui, dans l’intérêt de tous.

« Je m’inscris dans la dynamique du département du commerce. Ma mission ici, c’est la mise en de la politique du gouvernement dans le domaine du commerce. La récréation est terminée. Donc des dispositions sont déjà prises et qui seront respectées à la lettre. La sensibilisation est terminée et il l’heure de passer à la vite supérieure. Et nous allons sillonner quotidiennement les magasins et même dans les camions prêts à bouger. Si le produit qui est dedans n’est pas bon, nous allons les arrêter. Et si ce n’est pas conrome, on les débarque et obliger l’acheteur à reconditionner.  Et si c’est à détruire, nous allons le faire. Il ne sera plus question que les mauvais produits soient embarqués ici. Ça, c’est terminé. Dès demain, nous allons convoquer les Libanais puisque c’est eux qui sont là entrain d’acheter des mauvais produits », a fait savoir  l’inspecteur.

Du côté des acheteurs et collecteurs, venus de toutes les préfectures de la région, ils se disent satisfaits de cette rencontre.

« Je pense que nous mêmes sommes conscients du danger que cela rpe dans notre travail.  Le plus souvent ce sont aussi les Libanais qui encouragent cette pratique parce que c’est eux qui achètent. Tout le monde sait que le produit de N’zérékoré est mauvais. Et c’est pourquoi, nous de notre côté, nous sommes engagés à lutter contre tous ceux là qui font du mauvais travail. Les qualités ne doivent pas être mélangés l’un dans l’autre et ni avec le cailloux mais aussi le respect de l’humidité », dira Famba Mara qui a déploré par ailleurs que les confédérations ne soient pas associés dans la fixation des prix du café et cacao qui est respectivement de 12500 et 17500fg.

Au niveau du service contrôle et qualité,  le chef section, Yacouba Souasouadouno, a indiqué que son service prendra toutes les dispositions nécessaires pour le contrôle des produits en provenance de la préfecture. Il a par ailleurs précisé que ses hommes travaillent contrôlent déjà sur le terrain pour l’analyse des produits de la préfecture.

Amara Souza Soumaoro Correspondant à N’zérékoré

+224621-94-17-77

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.