N’zérékoré : les conséquences de la fermeture des pharmacies non agrées se ressentent déjà sur les localités environnantes

La décision du procureur spécial de la CRIEF ordonnant la fermeture des pharmacies non agrées et cliniques est respectée par les concernés à N’zérékoré, capitale de la région forestière, au sud du pays.

Mais cette décision est diversement appréciée et des citoyens craignent à une rupture d’approvisionnement en médicament. C’est le cas en face de la gendarmerie départementale, principal lieux de vente des médicaments non agréés.

Là-bas, les magasins sont restés fermés ce jeudi 15 septembre. Pour les vendeurs de médicaments, la désolation est totale.

« On ne peut rien contre l’État. Il est le plus fort. On est donc obligé de se soumettre. Sinon c’est une décision très difficile pour nous. Mais quoi faire sinon que demander au gouvernement de prolonger un peu le délai pour nous permettre au moins de liquider nos stocks », laide Mory Diaye.

Au niveau des citoyens ; la panique s’installe déjà suite à cette décision. Venue acheter des médicaments, Hervé Antoine Délamou, Médecin en service à Gouécké, une localité située à 45 Kilomètres de N’zérékoré a été surpris de constater que les magasins sont fermés.

« C’est ici que nous venons chercher les produits et envoyer au village mais voilà que tout est fermé. J’ai des patients qui sont derrière moi. Ça ne nous arrange pas franchement. Je pense que le gouvernement devrait chercher d’abord à faire en sorte qu’il ait des produits dans les localités. Mais voilà ce que cela peut donner comme conséquence parce que le gouvernement n’a pas de médicaments », explique Hervé Délamou.

Si la mesure est décriée par plusieurs  citoyens, mais pour cette citoyenne, il est nécessaire que le gouvernement mette de l’ordre dans ce secteur qui selon elle est à la base de plusieurs maladies.  Elle dit avoir tout récemment payé des produits prohibés.

« Je salue cette volonté des nouvelles autorités qui consiste à assainir ce secteur. Quelqu’un se lève un beau matin et devient vendeur de médicaments. C’est un secteur stratégique surtout ce qui concerne la santé. Moi même j’ai un payé un produit dont la date était expirée. C’est arrivé à la maison que je me suis rendue compte. C’est Criminel de vendre les produits périmés. C’est une bonne décision », dira cette femme.

Mais la crainte de la population est la rupture de l’approvisionnement des localités lointaines dont certaines n’ont aucune pharmacies agrées. 

La ville de N’zérékoré dispose de 13 pharmacies agréés. Il faut noter que la Guinée est devenue la plaque tournante de trafique des faux médicaments. Une situation donc qui ne laisse pas indifférentes les nouvelles autorités qui comptent mettre de l’ordre.

Amara Souza Soumaoro Correspondant à N’zérékoré

621-94-17-77

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.