N’Zérékoré : les victimes du massacre de Zogota attendent toujours justice, 8 ans après

Print Friendly, PDF & Email

4 août 2012 – 4 août 2020, cela fait huit ans jour pour jour qu’une intervention musclée des forces de défense et de sécurité faisait six morts et plusieurs blessés dans la sous-préfecture de Zogota, préfecture de N’Zérékoré au sud du pays. Ces tueries faisaient suite à une révolte des citoyens de cette localité contre le consortium minier Vale-BSGR pour dénoncer le processus de recrutement.

Rencontré par notre rédaction, le président du collectif des ONGs de défense des droits de l’homme de la Guinée forestière explique le retard de ce procès par la mauvaise volonté de l’État guinéen qui, selon lui, protège selon eux le consortium minier Vale- BSGR et les agents qui ont commis les crimes.

« Nous, ONGs notamment ‘’Même Droit pour Tous’’, avons porté plainte contre la société Vale-BSGR pour assassinat, pour torture, pour arrestation arbitraire de citoyens devant le Tribunal de première instance de N’Zérékoré. Mais jusqu’à présent ce dossier est encore pendant classé sans suite. Cela s’explique par le fait que les agents des forces de l’ordre sont pour le moment pointés du doigt comme étant les auteurs présumés de ces massacres. Et de l’autre côté, l’Etat qui protège la société, le consortium Vale- BSGR qui ont demandé aux forces de l’ordre d’intervenir sont très inquiets. Et cela montre à suffisance que le respect des droits de l’homme dans notre pays est encore en souffrance », a déploré Emmanuel Fassou Sagno.

Pour rappel, un contingent des forces de défense et de sécurité s’était rendu nuitamment dans la sous-préfecture de Zogota où des citoyens protestaient contre la méthode de recrutement du consortium minier Vale- BSGR qui exploitait un gisement minier dans cette localité.

Cette nuit-là, 6 personnes ont été trouvées mortes et plusieurs blessés. Et selon, le collectif des ONGs de défense des droits de l’homme de la Guinée forestière, ce sont les agents de sécurité et le consortium minier Vale-BSGR qui en sont les responsables.

Amara Souza Soumaoro, correspondant à N’Zérékoré

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.