N’zérékoré/Manif des femmes pour exiger la libération de leurs maris : ‘’j’ai payé 4 millions gnf, je n’ai ni mon argent ni mon mari’’

Print Friendly, PDF & Email

Les femmes des détenus arrêtés depuis les élections du 22 mars dernier à N’zérékoré, principale agglomération au sud de la Guinée, et transférés à Kankan, ont manifesté ce lundi matin devant la justice pour exiger la libération de leurs maris.

En larme, elles ont exprimé leurs préoccupations devant le procureur.

“Je suis là à cause de mon mari. Depuis les élections passées, ils ont pris nos maris et les envoyés à Kankan. On ne sait pas celui qui a envoyé nos maris à Kankan. Pourtant, ça fait maintenant 10 mois qu’il n’ya pas de solution. Moi je pardonne à tout le monde(pleurs). La population de N’zérékoré qui a envoyé mon mari à Kankan, je ne sais pas (pleurs). Je ne sais plus quoi faire ? Là où je suis logée, on m’a fait quitter. Je n’ai plus de moyen pour la location. On nous a pris de l’argent sous prétexte que nos maris seront libérés mais en vain. Jusqu’à maintenant, on ne nous a pas aidés et il n’ y a pas de solution. J’avais donné l’argent à un monsieur mais je ne connais pas son nom. Je lui ai donné 4 millions pour qu’on m’aider mais jusqu’ici je n’ai ni mon argent ni mon mari’’, regrette une dame visiblement toute désespérée.

Selon le substitut du procureur, le procès de ces détenus sera programmé pour bientôt.

Déjà, une première vague de ces prisonniers au nombre de 38 avait été libérée grâce à la médiation du bureau des sages.

Ces détenus sont accusés d’être les commanditaires et complices des violences meurtrières du double scrutin référendaire et législatif du 22 mars dernier qui ont fait plus de 20 morts dans la capitale de la région forestière.

Amara Souza Soumaoro, correspondant à N’zérékoré.

Tel 621- 94-17 -77

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.