N’zérékoré : vers la fin de l’instrumentalisation des conducteurs de taxi-moto

Print Friendly, PDF & Email

Un atelier s’est tenu mercredi à la maison du paysan. Il a regroupé différents acteurs : représentants du gouvernement, syndicats des taxis-motos, leaders d’opinion, Système des Nations unies (PNUD, OIM, et UNFPA).

Cet atelier de restitution pour la mise en œuvre du projet d’appui à la réduction de l’instrumentalisation et des violences politiques des jeunes et conducteurs de taxi-moto financé par le fonds de  consolidation pour la paix a été présidé par le secrétaire général des collectivités de la préfecture de N’zérékoré, Amara Kaba.

Il vise à créer de l’emploi pour des jeunes et à contribuer à la consolidation de la paix et l’unité nationale. Dans son intervention de circonstance, le représentant du préfet a invité toutes les parties à s’investir pour la réussite de cette initiative pour la prospérité de la ville. Selon lui, le pays se trouve dans une période de transition qui doit aboutir à des élections paisibles, crédibles et transparentes. D’où l’importance de ce projet.

Lancé il y a deux ans, le projet d’appui à la réduction de l’instrumentalisation et des violences politico-sociales des jeunes et conducteurs de taxi-moto vient d’arriver à terme. Au cours de son exécution, plusieurs activités ont été réalisées, notamment : des plaidoyers pour la prise en compte des dangers liés à l’instrumentalisation des jeunes, le renforcement des capacités liées à la maîtrise du code de la route ainsi que des cadres de concertation avec toutes les parties prenantes.

 Martin Kolié est le chef de projet PNUD

« Nous venons donc pour appuyer les cadres de concertation qui ont été mis en place au niveau de la zone du projet qui vont constituer l’instance de gouvernance où les différents acteurs vont échanger sur les multiples problèmes qui assaillent l’exercice de cette activité et ensemble trouver des pistes de solution afin de rendre cette activité paisible et rentable … »

De son côté,  le directeur national adjoint de l’Emploi des jeunes a invité toutes les parties prenantes à la pérennisation des acquis de ce projet.

« J’invite les mairies et les inspections régionales et directions préfectorales de la jeunesse que vous êtes chargés de veiller attentivement au suivi à la consolidation des acquis et à la pérennisation de ce présent projet », a confié Youssouf Saran Donzo.

Il faut ajouter  que  des restitutions ont été  organisées  à la mairie, à la routière mais aussi dans les bases des syndicats de taxi-moto pour la pérennisation de cet projet d’une importante capitale dans la ville de N’zérékoré très souvent secouée par des violences éthniques, religieuses et politiques.

Et pour la plupart de ces violences, ce sont les jeunes qui sont instrumentalisés. D’où la nécessité impérieuse de la pérennisation de ce projet.

Amara Souza Soumaoro, correspondant à N’zérékoré

+224 621-94-17-77

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.