🛑Obtention du visa guinĂ©en : un vĂ©ritable casse-tĂŞte pour les demandeurs…

Print Friendly, PDF & Email

Depuis que l’ancien format de dĂ©livrance des visas a changĂ©, la GuinĂ©e exige que les Ă©trangers envoient les copies de leurs passeports au ministère de la SĂ©curitĂ©, via Internet (en ligne), pour l’obtention du prĂ©cieux sĂ©same.

Pour un pays qui dit prĂ´ner le panafricanisme, comme le nĂ´tre, l’obtention d’un visa ne devrait pas poser de problème aux Africains qui voudraient se rendre dans le pays.  Ces exigences ont fait que beaucoup de demandeurs de visas qui viennent dans nos missions diplomatiques, auxquelles l’on a retirĂ© dorĂ©navant cette prĂ©rogative, Ă©prouvent toutes les peines du monde Ă  se procurer le document de voyage. Un casse-tĂŞte aussi bien pour les Ă©trangers que pour les GuinĂ©ens qui conduisent certains partenaires vers leur pays pour y investir.

C’est le cas par exemple de cette jeune dame, Aïcha Barry, qui veut aller en Guinée avec des partenaires. Elle admet que présentement l’obtention du visa est devenue un véritable casse-tête pour les demandeurs.

« Les questions sont embĂŞtantes. Et parfois, tu paies en ligne mais tu n’a pas l’accord Ă  temps ou jamais. Tu perds ton argent. C’est une arnaque Ă  laquelle se livrent  ces personnels de la sĂ©curitĂ©. Si l’Etat veut une amĂ©lioration, on dĂ©livre les visas dans les missions diplomatiques mais le paiement se fait en linge, au pays. C’est ce que la CĂ´te d’Ivoire fait ainsi que beaucoup d’autres pays africains. Mais comme nous sommes dans un pays exceptionnel, c’est pourquoi les choses sont ainsi. Dans tous les pays, les passeports sont dĂ©posĂ©s Ă  l’ambassade ou au consulat. Mais en linge, pour un pays oĂą la connexion pose problème? Vraiment, c’est honteux pour nous. Nous demandons au prĂ©sident et au ministre des Affaires Ă©trangères et des GuinĂ©ens de l’Etranger de prendre leurs responsabilitĂ©s pour ça. MĂŞme s’il faut travailler avec la sĂ©curitĂ©, comme on est en train de faire pour les passeports Â», suggère-t-elle. 

Autres difficultĂ©s rencontrĂ©es, c’est le temps et l’argent versĂ©.  « Parfois, tu paies ton argent en linge mais tu risques aussi de ne pas ĂŞtre remboursĂ©. Tu vas indexer qui ? Â», se demande-t-elle. 

Quant Ă  Aly, il se dit lui très déçu par rapport Ă  cette situation. « Je suis vraiment déçu de nos intellectuels ! Ă€ quoi servent les missions diplomatiques alors ? Vraiment, je ne sais pas ce que je peux dire. ContrĂ´ler le budget de l’Etat, c’est bien mais il faut le faire de manière Ă  ne pas fatiguer la population.  J’ai rencontrĂ© une femme guinĂ©enne, qui a le passeport amĂ©ricain et qui doit aller Ă  N’zĂ©rĂ©korĂ© mais elle a tout fait, elle n’a pas compris le système. Les missions diplomatiques ne sont plus responsables de rien. Moi, mes partenaires ont dĂ» se retourner parce que c’est nĂ©ant alors qu’on a payĂ©. Mais hĂ©las, l’argent est parti comme ça. Â», dĂ©plore-t-il. 

Moussa Oulen TraorĂ©

00223 91 89 56 37 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.