Opérations de déguerpissement à Kankan : le préfet Aziz Diop entend poursuivre en justice la propriétaire d’un maquis et un commerçant indien pour rébellion

Print Friendly, PDF & Email

Le préfet Aziz Diop, entouré des forces de sécurité composées essentiellement de gendarmes et de policiers, a lancé depuis lundi dernier les opérations de déguerpissement des occupants des emprises des différentes voiries de la commune urbaine de Kankan.

Accompagné du président de la délégation spéciale de la commune urbaine Bakary Kaba et de celui du conseil préfectoral des organisations de la société civile Alphonse Yombouno, Aziz Diop se dit déterminé à en découdre avec tous les occupants des emprises dont la majorité sont les femmes et les jeunes étudiants et diplômés sans emplois. Selon lui, ces opérations visent à donner à la cité Nabaya son image d’antan.

Ces opérations de déguerpissement ont commencé par le marché Sogbè puis le buffet de la gare et la devanture de l’université avant de s’étendre ces derniers jours au reste des quartiers et lieux de concentration de négoce à travers la ville.

Partout sur leur passage, Aziz Diop et ses compagnons ont laissé les larmes dans les yeux de certains citoyens qui ne savent plus où se confier la tête pour pouvoir joindre les deux bouts.

C’est le cas par exemple des étudiants de l’Université Julius Nyerere, qui sous leurs yeux impuissants ont vu détruire ce mercredi leurs gargotes où ils ont l’habitude de se trouver quoi mettre sous la dent. Chose qui a rendu même pas impossible mais difficile pour les forces de sécurité de déguerpir les occupants sur cet endroit. Cette opération qui est intervenue deux jours après la destruction des cabarets se trouvant face à l’institution par les forces de sécurité soutenues par certains élèves et étudiants qui trouvent inapproprié cet adroit pour la vente du vin, indigne plus d’un sur le campus universitaire.

Interrogé à chaud sur ses sentiments par notre correspondant régional, un étudiant qui a requis l’anonymat a au nom de ses pairs déclaré « nous les étudiants on veut qu’ils détruisent tous ces maquis mais qu’ils laissent ces autres endroits où nous venons manger »

De son côté cet autre étudiant ajoute « moi je salue la destruction de ces maquis-là ici par qu’ils nous ont donné de très mauvaise réputation à travers la ville et même à travers le pays »

Sur les autres axes des voiries de la commune urbaine qui ont constitué les deuxième, troisième et quatrième étapes de ces opérations de nombreux kiosques ont été saccagés, des biens emportés et les propriétaires interpelés pour entêtement. C’est le cas de certains occupants des emprises des voiries des quartiers Heremakono, Sogbè, Kabada 1 et 2, senkefra , la devanture de l’hôpital régional de Kankan, le grand marché Dibida pour ne citer que ceux-là. Parmi les personnes arrêtées figurent l’une des propriétaires des maquis détruits et un commerçant indien au marché Dibida que le préfet Diop entend poursuivre à la justice pour rebellion.

Interrogé sur la destination des biens saisis le numero1 de la préfecture a déclaré « On va restituer tous les biens qui ont été saisis aux ayants droit mais ils vont tous payer des amendes à la dimension de leurs objet saisis » « et ces opérations de déguerpissement vont se poursuivre jusqu’à la libération entière des différentes emprises » renchérit-il.

A rappeler que ces opérations de déguerpissement vont se poursuivre dans les prochains jours dans les autres quartiers de la commune urbaine à en croire Aziz Diop.

Nous y reviendrons.

Alpha Oumar Koïta, correspondant régional à Kankan

(+224) 622-16-07-20

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.