Connect with us

Tribune

[Opinion] La société civile guinéenne en question (Par Sékou Diawara)

Published

on

  • La société civile guinéenne

Le concept de la société civile tient des rapports à l’Etat ainsi que des différences avec l’Etat. Cette approche qui traduit la nécessité de l’hégémonie culturelle et idéologique, repose par ailleurs sur l’organisation et la conscientisation citoyenne. Aussi, une société dite civile se réalise dans la poursuite d’un but en relation avec le bien commun.

Dans cette optique la société civile guinéenne se singularise aujourd’hui par un manque palpable de cohésion au terme de l’exercice des régimes successifs qui ont marqué l’histoire de la Guinée post-coloniale. Le ciment qui devait unir des identités fortes a en effet été laminé par manipulations du régent actuel virtuose de l’art de diviser pour régner, avec pour conséquence l’avortement de l’éclosion d’une entité civile organisée et consciente. Les dérives du pouvoir actuel soucieux de perpétuer son règne par tous les moyens y compris la division et le clientélisme des partis politiques (préoccupés par la préservation de leur base politique) ont ainsi façonné une société au fond désunie bien qu’en apparence soudée. Une société si désunie au point d’être incapable d’opposer un front commun aux dérives et aux exactions qu’aucun autre peuple n’aurait supportées. Les clivages entre composantes sociales (ethnies, nantis et pauvres, Guinéens de l’intérieur et diasporas, civils et militaires) aujourd’hui visibles sont bien les marques d’une ère que nous pensions révolue, dont les démons semblent resurgir.

L’indifférence, la peur et l’individualisme sont ainsi les tares qui caractérisent à ce jour la population guinéenne dont le potentiel intellectuel et culturel est pourtant des plus élevés dans la sous région.

  • La communauté guinéenne de France

La communauté guinéenne de France est la plus éparse parmi la diaspora nationale à travers le monde. En effet c’est en France que les divisions semées dans pays le d’origine ont une résonance particulière, de même que le poids de la communauté qui y vit est psychologiquement plus pesant pour les autorités guinéennes. La présence et l’influence de la puissance ex colonisatrice sur la politique africaine (liens historiques obligent) fixent ce fait.

Une compétition pour le leadership des forces extérieures participant à la vie du pays s’annonce avec les ressortissants guinéens des autres diasporas (USA notamment). Si son potentiel économique est en dessous de celui d’autres diasporas, son influence au pays demeure cependant primordiale, à condition de parvenir à une plus grande cohésion.

  • Les partis politiques et le mouvement social 

Il convient d’emblée de poser la question suivante : quels types de partis politiques existent en Afrique ?  En effet, les rapports entre la société civile et les partis politiques sont plus complexes que dans les pays où les partis se sont constitués dans un contexte de lutte sociale générée par un environnement industriel et  économique particulier. Il faut rappeler à ce sujet que selon la pensée marxiste, chaque classe sociale pouvait et devait être représentée dans la lutte politique par des partis différents. Les partis politiques ont cependant un rôle à jouer car c’est dans leur mouvance que s’expriment les revendications de la société.

Par ailleurs le combat pour les droits de l’homme fait partie du combat des partis politiques visant à faire respecter le droit à la vie et à la dignité humaine et  la cause sociale peut être sous-adjacente à l’engagement politique. Concernant les événements qui secouent le pays depuis des mois, le point de convergences entre le politique et le social est le refus d’une injustice à l’origine du soulèvement, à savoir l’entrave faite par le président de la république au respect de la constitution en vigueur. Cet événement est en fait la goutte d’eau qui a fait déborder un vase déjà rempli (misère, chômage, corruption, injustice etc.)

La méfiance de la société civile envers les politiques est compréhensible, cependant la nécessité d’un front commun (organisations, société civiles et partis politiques) s’impose.

  • La mobilisation 

Les événements des derniers mois ont ébranlé le pouvoir en Guinée. Ils portent incontestablement le sceau d’une aspiration manifeste au changement tant par l’ampleur des bouleversements sur la vie du pays que par son écho au-delà des limites du pays. Un tel avènement est le fruit d’une conscientisation forte du peuple, au sens ou il ne s’était pas autant manifesté pour d’autres faits répréhensibles auxquels l’incident déclencheur venait s’ajouter. Ainsi l’élan  mobilisateur, en transcendant les barrières psychologiques est bien l’exutoire d’une prise de conscience préalable.

Bien qu’exceptionnelle cette mobilisation demeure temporelle et elle n’est pas le rassemblement.

  • Le Rassemblement après la Mobilisation 

Si la mobilisation est circonstancielle le rassemblement a un caractère permanent. On peut s’imaginer que dans un contexte de ralliement permanent les dérives du pouvoir n’auraient pu atteindre le seuil de l’intolérable. Les organisations régissant la société civile ont certes un rôle de porte-paroles et de négociateurs aptes à déclencher les mécanismes de la prévention alors que le rassemblement procède de la prévision. C’est-à-dire qu’en cas d’échec des dispositifs de prévention ce sont ceux de la prévision qui entrent en jeu en situation réelle. Transformer la mobilisation en rassemblement est dès lors salutaire.

L’Afrique, en l’occurrence notre pays la Guinée riche de traditions séculaires devrait s’appuyer sur ses propres valeurs pour son devenir. Elle devrait user des ressorts traditionnels pour résoudre ses problèmes quand ils sont d’ordre social.

Ainsi la position sociale des doyens dans la société traditionnelle confère t-il à ceux-ci le profil naturel de rassembleurs requis en matière de conseils et de médiation. En outre la communauté guinéenne compte parmi cette catégorie des intellectuels de haut niveau. L’ébauche d’un conseil supérieur initié ou encadré par les dits doyens pourrait être la solution. Il sera nécessaire d’intégrer à la communauté des Guinéens de la génération actuelle, les jeunes qui de fait sont l’avenir du pays, et parmi lesquelles figurent beaucoup d’étudiants. 

Sékou DIAWARA

 

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Publicités
  • "Aujourd'hui, nous assistons à des attaques ciblées" (Marie-Noëlle Koyara, ministre de la défense de la RCA) 17 février 2020
    Au cours d’une interview qu’elle a accordée à la DW, la ministre centrafricaine de la défense, Marie-Noëlle Koyara, accuse les groupes armés de contrôler plusieurs régions riches en ressources naturelles.
  • Pourquoi les Européens se soucient de la Libye 17 février 2020
    L'Europe a décidé de déployer une nouvelle mission navale et contrôler l'embargo sur les armes imposé à la Libye. Mais les Etats n'accordent pas la même urgence aux préoccupations concernant l'Afrique.
  • La santé au Togo, un enjeu de la présidentielle 17 février 2020
    Depuis 2017, le Togo a engagé une réforme de son système sanitaire afin d’assainir le financement des hôpitaux publics et améliorer la qualité des soins. Mais les résultats obtenus jusque-là sont jugés très insuffisants.
  • Mike Pompeo survole le Sahel et se pose au Sénégal 17 février 2020
    Pour sa première visite en Afrique subsaharienne, le secrétaire d'Etat américain ne visite aucun des pays du Sahel touchés par le terrorisme. Il défend son choix du Sénégal comme une des destinations de ce voyage.
  • Agathon Rwasa candidat à la présidentielle au Burundi 16 février 2020
    Le Conseil national pour la liberté (CNL), principal parti d'opposition au Burundi, a désigné dimanche, son président Agathon Rwasa comme candidat à la présidentielle prévue le 20 mai 2020.
  • Saint Valentin, les hommes "sous pression" 14 février 2020
    Le 14 février est la fête de l'amour. C'est l'occasion pour les couples de se retrouver. Ils doivent souvent dépenser de l'argent pour les offres de différents magasins.
  • Omar el-Béchir bientôt à la CPI ? 14 février 2020
    La presse s’est intéressée cette semaine à l’invasion des criquets dans l’est de l'Afrique et à la possibilité d’une extradition à la Haye de l’ex-président soudanais Omar el-Béchir.
  • Le sexe dans tous ses états 14 février 2020
    Le magazine Santé démarre l'année sous la couette avec une série sur le sexe. Quatre émissions avec reportages et interviews pour en savoir plus sur les relations intimes et l'orgasme - et les moyens d'y parvenir.
  • L'armée malienne fait son retour à Kidal 14 février 2020
    L'armée malienne est enfin arrivée à Kidal ce jeudi (13.02.20), ville contrôlée depuis 2012 par la Coordination des mouvements de l'Azawad. Le détachement comprend près de 300 soldats.
  • Conférence de Munich : l’influence de l'Europe en débat 14 février 2020
    La perte d’influence de l’Occident semble s’imposer à cette conférence sur la sécurité. Mais les relations avec les Etats-Unis, le poids de Moscou et de Pékin, ainsi que la protection des données seront aussi discutés.
  • Es Tunis-Zamalek, alléchante affiche de Supercoupe de la CAF 14 février 2020
    Ce soir, à Doha (Qatar), le club tunisois (double tenant du titre en C1) affronte le géant cairote (vainqueur de la Coupe de la Confédération) dans un duel qui s'annonce passionnant.
  • Le calvaire des commerçants sur la route Abuja-Kaduna 13 février 2020
    Les villes nigérianes d'Abuja et de Kaduna sont distantes de seulement 200 km. L'insécurité sur le tronçon a conduit les autorités à installer une ligne aérienne. Or cette solution n'aide pas pour autant des commerçants.
  • Rester en exil ou rentrer ? Le dilemme des réfugiés burundais 13 février 2020
    Depuis que le parti au pouvoir au Burundi l'a choisi comme son candidat à la présidentielle, les regards se tournent vers Evariste Ndayishimiye. Certains exilés attendent des gestes clairs avant de décider de rentrer.
  • Bombardements alliés à Dresde, 75 ans déjà ! 13 février 2020
    L'Allemagne commémore ce jeudi 13 février 2020 le bombardement, il y a 75 ans, de la ville de Dresde. Un anniversaire marqué par des tentatives d'instrumentalisation de l'extrême droite.
  • Togo : une économie toujours inégalitaire 13 février 2020
    En dépit de bonnes performances sur le papier, l'économie du Togo est loin de profiter à tous les Togolais.
  • Radio Kledu, la radio comme lien social 13 février 2020
    Journée mondiale de la radio, l'occasion d'aller faire un tour au Mali, chez notre partenaire : Radio Kledu.
  • Trois ex-enfants soldats racontent leur nouvelle vie 12 février 2020
    Les Nations unies attirent l'attention sur l'implication des enfants dans les conflits. Certains parviennent à fuir les groupes armés pour commencer une nouvelle vie loin des armes.
  • Qui pour succéder à AKK ? 12 février 2020
    La liste des prétendants possibles à la succession d'Annegret Kramp-Karrenbauer à la tête de la CDU est 100% masculine.
  • Une loi pour éviter le gaspillage des produits invendus 12 février 2020
    En Allemagne, une loi vise à interdire la destruction des invendus et des marchandises retournées par les clients. 
  • Coronavirus : pourquoi l'Afrique n'est pas touchée 12 février 2020
    Alors que près d'une trentaine de pays du monde enregistrent des cas de coronavirus, l'Afrique semble épargnée. Mais cela ne serait qu'une question de temps et le continent se prépare déjà à la maladie.