Opportunité de libre-échange : ouverture de la journée de l’industrialisation de l’Afrique

Print Friendly, PDF & Email

La journée de l’industrialisation de l’Afrique, organisée par l’Organisation des Nations Unies pour le Développement Industriel (ONUDI) a été ouverte ce mercredi, 9 décembre 2020, dans l’enceinte d’un réceptif hôtelier de Conakry.

L’événement présidé par le Premier ministre Ibrahima Kassory Fofana a connu la présence des cadres du Ministère de l’industrie, de l’organisation des Nations Unies, et plusieurs acteurs évoluant dans le secteur de l’industrie.

Dans son discours, le représentant pays de l’ONUDI, Ansoumane Bérété a d’abord situé le contexte de l’évènement, avant d’indiquer que « La journée de l’industrialisation de l’Afrique est un évènement annuel représentant une plateforme unique, et une opportunité pour nous encourager en coopération internationale et le dialogue sur l’agenda 2021 sur le plan industriel. Cette année, le thème traduit la volonté des Etats du contient et la communauté internationale, à saisir cette opportunité qu’offre l’Afrique continentale ouverte et intégrée pour protéger la transformation économique et sociale de ce continent de tous les défis… Les politiques devraient être axées sur les liens entre les stratégies et les politiques commerciales et industrielles, et le développement des infrastructures industrielles, la promotion des chaines de valeurs régionales, l’amélioration des capacités numériques ; le renforcement des capacités politiques, économiques et commerciales ; la promotion de l’industrie verte  et des économies circulaires ; le développement et l’amélioration des compétences humaines  en matière industrielle », a-t-il souligné.

Présent à cette cérémonie, le ministre d’Etat de l’industrie, des petites et moyennes entreprises, Tibou Kamara a souligné que cette journée est « une occasion utile pour passer en revue le niveau de préparation de notre pays, pour aborder cet autre défi de notre époque.  Où en sommes-nous ? Qu’avons-nous fait ? Que reste-t-il à faire à court, moins et long terme pour permettre à notre économie à atteindre le résultat du développement de l’industrie et des PME, à élaborer un plan ambitieux, de préparation des principaux acteurs, pour les permettre d’être présents à ce rendez-vous africain important ? La préparation des principaux acteurs passe par l’information et la sensibilisation des partenaires et de toutes les parties prenantes sur les défis et les opportunité liées à la création de la zone de libre-échanges continentale africaine ».

Clôturant les interventions, le Premier ministre Ibrahima Kassory Fafana a parlé quant à lui de l’objectif de la journée de l’industrialisation africaine. Ajoutant également que « la zone de libre-échange continentale vise notamment à améliorer l’intégration du continent africain ».

 « Cette année, la journée de l’industrialisation de l’Afrique est consacrée à l’examen des évolutions majeures induites par la mise en place de la zone libre-échanges continentale, et à l’étude des moyens susceptibles de permettre au secteur industriel africain, de se positionner pour permettre désormais d’alimenter le marché continental. Cette année, notre objectif est, ou serait de sensibiliser la communauté internationale à la zone de libre-échange continentale, et à ses retombés potentiels considérables sur le plan de l’intégration économique à l’échelle du continent, pour une meilleure identification des priorités, et la conclusion de partenariat fructueux et pertinent pour la prospérité de l’Afrique. Il s’agit de renforcer le dialogue mondial sur les grands enjeux du développement industriel en Afrique. La zone de libre-échanges continentale, vise notamment à améliorer l’intégration du continent africain, en favorisant l’émergence des marchés uniques, fondés sur le principe de la libre circulation des personnes, des biens, des services… », a-t-il indiqué.

Du 9 au 11 décembre, des acteurs évoluant dans le secteur de l’industrie vont se pencher sur de nombreuses questions liées à la libre-échange intercontinentale. Des recommandations tirées de cette rencontre, permettront à la Guinée en particulier, et l’Afrique en général, de favoriser une opportunité de l’évolution industrielle, en se conformant au standard international lié au secteur.

Mohamed Cissé       

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.