Ouattara sur le cas Alpha Condé : ‘’ma décision est liée à mon pays. Je n’ai pas pensé à un autre chef d’État’’

Print Friendly, PDF & Email

Dans une longue interview avec Jeune Afrique, le président ivoirien Alassane Ouattara est largement revenu sur sa décision de ne pas briguer un 3è mandat en 2020 et de transférer le pouvoir à une « jeune génération ».

Le chef de l’Etat ivoirien qui vante son bilan de 10 ans à la tête de son pays, « estime qu’au XXIe siècle, quand de nombreux chefs d’État de par le monde ont entre 40 et 50 ans, il n’est pas normal que la Côte d’Ivoire continue avec un président âgé ». Révélant que c’était une stratégie de dire que sa candidature était liée à celles d’Henri Konan Bédié et de Laurent Gbagbo…

Votre décision a-t-elle vocation à faire jurisprudence ? On pense au cas d’Alpha Condé en Guinée, à ceux qui ont joué les prolongations avant, à ceux qui y réfléchissent pour demain…, lui demande JA

« J’aurais pu manipuler les textes, comme beaucoup le font ou souhaitent le faire, mais ce n’est pas ma manière de voir et de faire de la politique. Non, ma décision est vraiment liée à la situation de mon pays. Je n’ai pas du tout pensé à un autre pays ou à un autre chef d’État, ce n’est pas mon rôle. Chaque nation a ses spécificités. La Côte d’Ivoire a sa Constitution, et je suis le président de la République. C’est vrai que j’aurais pu manipuler les textes, comme beaucoup le font ou souhaitent le faire, mais ce n’est pas ma manière de voir et de faire de la politique », répond M. Ouattara. Non sans souligner que “le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly est, à mon sens, la personne la plus indiquée. Il a toutes les qualités et les compétences requises, c’est un grand travailleur qui fait par ailleurs preuve de beaucoup d’humilité. Cela fait trente ans qu’il travaille à mes côtés ».

Noumoukè S.

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.