Ouganda : le fils du président perd le commandement des forces terrestres après un tweet qui a provoqué un tollé..

Le ministère ougandais de la Défense a annoncé mardi que le fils du président Yoweri Museveni, Muhoozi Kainerugaba, était remplacé par un autre militaire à la tête des forces terrestres du pays, quelques heures après qu’un tweet du fils a provoqué un tollé au Kenya.

Le président ougandais Yoweri Museveni a limogé son fils en tant que commandant des forces d’infanterie du pays, mardi, après que ce dernier a menacé sur Twitter de s’emparer de la capitale du Kenya voisin, suscitant une vive inquiétude en Afrique de l’Est.

Le tollé occasionné, a poussé le ministère ougandais des Affaires étrangères à publier une déclaration disant son  » engagement envers le bon voisinage (et) la coexistence pacifique  » avec le Kenya. Surnommé  « le général qui tweete » de l’Ouganda,  le lieutenant-général Muhoozi Kainerugaba , a suscité ces derniers mois la colère de certains Ougandais qui considèrent ses fréquents messages sur Twitter comme provocateurs et parfois même dangereux.

 » Il ne nous faudrait pas, à nous, mon armée et moi, deux semaines pour capturer Nairobi « , a-t-il déclaré lundi soir.

Une décision politique ?

Le ministère a aussi annoncé que le président Museveni avait promu son fils de 48 ans au rang de général, une mesure perçue par des analystes comme cosmétique, et destinée à faire passer l’autre décision.

Muhoozi Kainerugaba, le pilier de l’appareil de sécurité personnelle de son père , a été le chef de facto de l’armée ougandaise, avec ses alliés stratégiquement déployés dans des postes de commandement à travers les services de sécurité, selon les observateurs.  Bien qu’il ait été limogé de son poste de chef des forces d’infanterie ougandaises, Kainerugaba a tout de même été promu général cinq étoiles et restera conseiller militaire de son père. 

De nombreux Ougandais pensent que Kainerugaba est préparé à remplacer Museveni à la présidence, des allégations que le président a longtemps démenties. Les associés du lieutenant-général Kainerugaba le décrivent comme un officier militaire dévoué qui évite souvent les démonstrations ostentatoires de pouvoir et de richesse. Il a fréquenté des écoles militaires aux États-Unis et en Grande-Bretagne avant de prendre la tête d’une unité de la garde présidentielle qui s’est depuis transformée en un groupe d’élite des forces spéciales.

Source : africanews

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.