Ousmane Kaba : ‘’on a condamné la violence à Labé, on condamne la violence à Kankan’’ 

Print Friendly, PDF & Email

Le Parti des Démocrates pour l’Espoir (PADES) a tenu un meeting géant ce dimanche, 4 octobre au terrain CBK de Matoto. Mobilisant à cet effet une foule immense venue témoigner son soutien au candidat Dr Ousmane Kaba, ce meeting s’est déroulé dans une ambiance de fête et sans aucun incident.

Après son adresse à ses militants et sympathisants, le président du PADES s’est prononcé sur certaines questions d’actualité, notamment les violences survenues à Kankan, 2è ville de Guinée.

« J’ai entendu dire aujourd’hui qu’à Kankan certaines personnes sont agressées, or nous avons des positions de principe. Autant nous avons condamné la violence qui s’est tenue à Labé, autant nous condamnons la violence qui se tient aujourd’hui à Kankan. Donc j’en appelle au sens de responsabilité de tous les leaders politiques pour que notre pays soit apaisé, pour qu’on évite la politique de la haine et de la division. N’oubliez jamais que la Guinée est un pays solidaire. Les Guinéens sont des frères et des sœurs, évitons de profiter de cette campagne électorale pour diviser la Guinée. C’est vraiment l’appel que je lance à tout le monde », dira-t-il. 

Poursuivant, Dr Ousmane Kaba aborde la situation dégradante des routes. Pour lui, la CENI et le gouvernement devraient donner à tous les candidats la liberté de voyager partout en Guinée et le peu importe les tours 

« Vous savez que nous devons traverser toute la Guinée, on ne peut pas faire les élections uniquement à Conakry sans faire campagne sur toute l’étendue du territoire national. Je sens que nous allons commencer à avoir des problèmes d’abord parce que les routes sont très mauvaises en Guinée et dès que nous allons commencer le voyage, chaque fois que nous allons traverser une ville on va nous dire ce n’est pas le jour du PADES, ce n’est pas le jour de tel parti ou de tel parti. Si on le fait ça veut dire que la campagne ne sera plus possible à l’intérieur du pays, c’est très important. Donc j’en appelle au gouvernement, à la CENI et à toutes les autorités, de donner la liberté à tous les leaders de voyager partout où ils veulent en Guinée, que ce soit le tour de leur parti ou pas dans telle ou telle localité, parce que nous ne sommes pas maîtres du calendrier et nous avons très peu de temps pour traverser ce pays de long en large », a-t-il sollicité. 

Maciré Camara 

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.