Ousmane Kaba refoulé à la frontière guinéo-malienne : le PADES de Kankan, amer, annonce le retour de son leader, ce jeudi

Print Friendly, PDF & Email

Le leader du Parti des Démocrates pour l’Espoir-PADES Dr Ousmane Kaba, candidat à l’élection présidentielle du 18 octobre prochain, s’est vu refusé de franchir la frontière guinéo-malienne pour regagner son pays la Guinée. Un fait qui ne laisse pas muet le bureau régional de son parti à Kankan.

Tout est parti de Karifamoriah, sous-préfecture située à 7km de Kankan où le leader du PADES était en visite. Ensuite, il s’est rendu à Bamako pour prendre un vol et rallier Conakry. Malheureusement, Dr. Ousmane Kaba s’est retrouvé à un mauvais endroit et au mauvais moment. Un concours de circonstance qui ne plaidaient pas en sa faveur. Puisque sa présence dans la capitale malienne a coïncidé avec le coup d’Etat militaire qui a débouché sur la destitution et la démission du président IBK. Conséquence, toutes les frontières ont été fermées notamment aériennes. Voulant alors retourner en Guinée et rejoindre Conakry, le président du PADES a alors emprunté la voie terrestre pour Kourémalé (frontière guinéo-malienne ndlr). Là également, mauvais endroit au mauvais endroit. Car à sa grande surprise, il s’est vu empêcher à la frontière Guinéo-malienne de regagner le territoire guinéen. Il était contraint de retourner à Bamako où il prendrait son mal en patience.

A cet effet, le bureau régional du Parti des démocrates pour l’espoir à Kankan, n’a pas tardé à réagir sur l’expulsion de son leader. 

Rencontré ce mercredi 26 août 2020, le secrétaire exécutif du PADES condamne fermement cette attitude des autorités à la frontière.

« Nous, on condamne cela. S’il voulait sortir pour aller ailleurs, là on pouvait comprendre, mais il voulait rentrer en Guinée et puis le coup d’Etat aussi s’est produit au Mali pas en Guinée. Donc pourquoi l’empêcher. Nous, on a condamné fermement l’action qui s’est passée à la frontière guinéo-malienne. De toutes les façons, il va renter en Guinée le jeudi prochain s’il plait à Dieu », a dit Alpha Kabinet Kaba.

Plus loin, il rassure que des démarches seront menées pour savoir si cet acte qui s’est produit à la frontière n’est pas un complot.

 « Comme l’a dit le leader lui-même, en la personne de Dr Ousmane Kaba, on va essayer de voir si les gendarmes qui sont à la frontière, ont fait l’acte là pour plaire au gouvernement ou si c’est un complot », a-t-il martelé.

A rappeler que Dr Ousmane Kaba a annoncé son retour en Guinée pour le jeudi prochain et espère à son arrivée faire acte de candidature à l’échéance électorale du 18 octobre 2020 pour la présidentielle.

De Kankan, Ahmed Sékou Nabé pour Médiaguinée

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.