Ouverture du cadre de dialogue: «ça ne nous concerne pas » (Fodé Baldé, UFR)

L’Union des forces républicaines (UFR) a tenu son assemblée générale hebdomadaire à son siège à Matam Lido, ce samedi 19 novembre.

Le parti de Sydia Touré a mis l’accent sur la lettre-réponse du Premier ministre au mémorandum du quatuor et a réitéré sa position par rapport au cadre de dialogue.

Cependant, les cadres de l’UFR ont laissé entendre que le Premier ministre de la transition est à l’origine des différends que connaît le quatuor à date et que cela relève d’un moyen pour mettre en mal la cohésion du Quatuor.

« En mettant un accent particulier sur la lettre-réponse que le Premier ministre a adressée au Quatuor, par rapport à ce fait, nous avons décidé au niveau du parti de ne pas se prêter à tout ce qu’il fait pour mettre en mal la cohésion du Quatuor. Toutefois, il est important pour nous d’apporter une précision importante parce que tout simplement il n’a jamais été question de cette fonction, ça n’a jamais été débattu. Ceux qui se sont mis à interpréter, en tant que chargé de communication de cette composante, je me fais le devoir de répondre à cela », a laissé entendre le chargé de communication du parti, Fodé Baldé. Et de poursuivre en ces termes: 

« Suite à  la lettre-réponse annotée du mémorandum, nous sommes arrivés à la conclusion que les 10 points qui sont, selon nous les préalables, sont selon le Premier ministre, sont des éléments qui ne peuvent pas empêcher d’aller au cadre de dialogue. Tout de suite, par falsification, on nous a adressé des courriers auxquels nous n’avons pas répondu parce que toute l’opinion internationale et nationale connaît notre position par rapport a cette question.

En vérité, le cadre de dialogue interne qui doit s’ouvrir le 24 novembre prochain , ça ne nous concerne pas ».

Une position que le président de la jeunesse du parti soutient.

«Dans la lettre, il n’a jamais mentionné le nom de quelqu’un, il a automatiquement adressé au Premier ministre. Certains leaders se sont prononcés en disant qu’il ne devait pas faire cela(…) dans une situation administrative et politique, c’est l’en-tête d’abord et à ce niveau dans la lettre c’était le quatuor . Mais c’est le lieu de le dire, le Premier ministre a sa part de responsabilité. On ne parle que de Sydia Touré, quelqu’un qui a adressé avec un en-tête de la coalition, en retour tu dois faire autant mais faire le contraire avec le coordinateur des coalitions à la tête. Qui a créé les confusions? », S’interroge-t-il et d’ajouter pour finir: « dans les conditions normales, il doit s’expliquer, pourquoi il a fait cela ».

Mayi Cissé

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.