Connect with us

Economie

Panels sur le dialogue public-privé: des acteurs toujours en conclave à Conakry

Published

on

Lancés hier mercredi 30 novembre 2016 dans un réceptif hôtelier de la place par le ministre en charge du Commerce, Marc Yombouno, les travaux des panels sur le dialogue public-privé se poursuivent toujours à la satisfaction des différents acteurs concernés.

img_20161201_110451

Selon le coordinateur du secrétariat du dialogue permanent public-privé, Boubacar Diop, ‘’le but fondamental de ces panels est de faire connaitre les missions des services de l’Etat aux services du secteur privé et de tous ceux qui sont dans le cadre du partenariat public-privé.’’

Donc, précise-t-il, le premier intérêt, c’est de connaitre les services. Qui sont-ils ? Quelles sont les missions dévolues à ces services de l’Etat ? Et qu’est-ce que les services de l’Etat attendent du secteur privés vis-à-vis des services publics ? Aussi de l’autre côté, qu’est-ce que les services publics attendent du secteur privé vis-à-vis de cette interaction et de synergie entre public et privé.

img_20161201_121301

Poursuivant, il (Boubacar Diop) indique que ces panels sont organisés conjointement avec le département en charge de l’Industries et de la Promotion du Secteur Privé qui, selon lui, est en charge du secrétariat qu’il coordonne. ‘’On est aussi appuyé par le projet d’appui aux petites et moyennes entreprises (PAPME) avec l’appui des experts de la Banque mondiale. Ce projet fait parti de nos responsabilités dans le cadre de la mise en application des activités de notre service. Donc, nous avons organisé huit (8) panels qui sont centrés autour de la performance de l’administration guinéenne au service du secteur privé. Il y a des séries de panels et chaque panel a un thème spécifique. Ce sont donc des séries de panels pour huit (8) jours. Les participants à ces panels viennent du secteur privé, la société civile, la représentation des universités et des partenaires au développement’’, nous dira-t-il entre autres.

Dans la matinée de ce jeudi 1er décembre, il y avait à l’ordre du jour le thème ‘’problématique de la main d’œuvre en Guinée.’’ Pour parler de cette question d’intérêt général, il y avait entre autres autour de la table d’échanges le patron du bureau de consultation d’enquête d’intérim et de perfectionnement (BCEIP), Mansa Moussa Sidibé, le Directeur général de l’office national de la formation professionnelle et du perfectionnement, Lucien Guilao et un représentant de l’agence guinéenne de la promotion et de l’emploi (AGUIPE). Chaque intervenant a expliqué point par point les missions assignées à leurs différentes entités.

Parlant de cette question (problématique de la main d’œuvre en Guinée), le responsable du BCEIP, Mansa Moussa Sidibé a soutenu qu’on ne doit pas dire les problématiques de la main d’œuvre, mais plutôt difficulté de main d’œuvre.

img_20161201_120348

‘’La problématique de l’emploi, c’est tout ce qui concerne l’emploi en général. L’agent qui occupe le poste de travail, les conditions de travail de cet agent et les conditions d’implantation de ce poste et les conditions d’équipement de ce poste. Ça, c’est la problématique. L’agent qui occupe ce poste peut être compétent ou non et ça, c’est un problème de main d’œuvre. Est-ce qu’il est bien formé ? Il peut arriver que l’agent soit bien formé, mais l’équipement n’est pas adéquat. C’est pourquoi j’ai dit qu’il faut faire la différence entre les deux. Il y a une problématique de l’emploi et il y a des problèmes de main d’œuvre que nous avons. Parce que la main d’œuvre que nous avons n’est pas toujours conforme aux emplois que nous avons (…).’’

Youssouf Keita

+224 666 48 71 30

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Publicités

Suivez-moi sur Facebook