Partenariat Guinée /Maroc : Un complexe moderne et futuriste de formation aux métiers du BPT, d’hôtellerie et de restauration en construction avancée à Nongo

Print Friendly, PDF & Email

Démarrés en début d’année, les travaux de construction du Centre Moderne de Formation Professionnelle en BTP, Hôtellerie et Restauration avancent à grands pas sur le site de Nongo à Conakry.  En dépit des caprices de la météo (en ce juillet-août des plus pluvieux) qui freinent le rythme d’évolution des travaux,  marocains et guinéens redoublent d’ardeur sur le chantier pour sortir de terre, les gros œuvres de l’infrastructure financée entièrement par la Fondation Mohammed VI pour le Développement Humain Durable.

Sous la maitrise d’œuvre du Groupe Itqane, des ouvriers et artisans  ferrailleurs, maçons et machinistes guinéens épaulés par des ingénieurs et architectes marocains aménagent des  coffrages, coulent du béton, posent des langrines et dressent des supports de la grande dalle de ce Complexe R+1 devant accueillir dès l’année prochaine, la première cohorte d’étudiants guinéens pour une formation aux métiers de BTP, menuiserie, plomberie… en restauration et dans les sciences de hôtellerie…

Un chantier de tous les espoirs,  visité par une mission d’évaluation d’experts marocains  dirigée par Mr Bastos, représentant de la Fondation Mohammed VI en compagnie de Mr Majid Halim,  Ambassadeur du Maroc en Guinée.

Le volet technique de cette seconde mission d’évaluation a été piloté par le patron du cabinet marocain d’architecture, Loumrhari Rhali, associé à la structure CDS-Guinée, aux représentants des bureaux d’études Tech-Etude du Maroc et SUDEC de Guinée, le tout,  sous l’œil vigilant des experts des Bureaux de Contrôle du Projet ‘’Veritas Guinée et Maroc’’ ainsi que du Chef de Cabinet du Ministère de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle.

« le chantier évolue bien même si on a accusé un petit retard a cause des problèmes liés à la grande pluie  … on est obligé d’adapter le calendrier aux contraintes de la météo… c’est pourquoi, mous avons demandé à l’entreprise de doubler les effectifs et de mobiliser davantage les moyens logistiques pour tenir le délai contractuel » affirme l’architecte marocain, Loumrhari Rhali, en charge du contrôle du chantier de Nongo.

Un constat rassurant qui interpelle et motive davantage le Group Itqane en charge du Chantier de Nongo, conscient de l’importance du complexe en construction, outil essentiel de l’ambitieux programme de promotion et de développement de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle en vue de faire face à l’épineuse question du chômage des jeunes.

BTP-2
M. Bastos de la Fondation Mohammed VI et l’Ambassadeur du Maroc, Majid Halim en visite sur le chantier de Nongo

Le Centre futuriste en construction abritera des salles de classes, des laboratoires modernes, des ateliers de formation et d’apprentissage, des salles polyvalentes et des bâtiments pour l’administration.

« En dépit des contingences de la météo, l’Entreprise mettra tout en œuvre pour livrer ce Complexe R+1 ‘’clef en mains’’ aux Guinéens, dans les règles de l’art et avec la qualité requise afin de mériter pleinement de la confiance placée en nous » souligne, confiant Farik Najib, Directeur-Projet à ITQANE GROUP. Une vraie course contre la montre est engagée sur le site, constate la mission technique.

«Sur le chantier, les consignes de sécurité sont respectées, les travailleurs sont bien équipés et protégés conformément aux normes édictées…c’est l’objectif zéro accident de travail » se réjouit, M. Bastos représentant de la Fondation Mohammed VI rencontré au sortir de cette seconde mission technique d’évaluation du Chantier.

Distingué récemment à Dakar par Maroc Export et le Groupe de la Banque Populaire pour son implication dans le transfert des compétences et de l’expertise en Afrique, Itqane Group met ici, comme ailleurs, toujours en exergue, le respect des normes,  des valeurs et des engagements contractuels. Ce projet appuyé par la Fondation Mohammed VI répond surtout aux besoins de ‘’formation-insertion des jeunes guinéens’’ confrontés aux problèmes de chômage et de la précarité.

« Respect des engagements,  partage de l’expertise et du savoir faire, investissements de qualité, formation, insertion et création des emplois décents tel est le socle sur lequel repose nos activités en Guinée » souligne avec conviction le PD-G du Groupe, Kamal Mekouar qui se réjouit pleinement de la marque de confiance placée en son Groupe.

gui

Réunion technique d’évaluation du projet avec le staff d’Itqane 

Sur le site de Nongo, à l’image de ce qui se passe sur d’autres chantiers, Itqane accorde une importante stratégique à la Formation des jeunes aux techniques de finition et sur la pertinence de la chaine des valeurs et des filières afin de valoriser les corps de métiers. « C’est l’approche ‘’chantier-école’’ que nous développons ici et sur tous les autres sites …apprendre à la tâche, transférer l’expertise aux jeunes guinéens pour valoriser les corps de métiers et les artisans locaux » rappelle Farik Najib, Directeur du Projet.

Cette vision innovante de mise en œuvre des projets est partagée et saluée par le département de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle et particulièrement par l’Office national de la Promotion de l’Artisanat (ONPA). Kaba Diakité, le patron de l’ONPA, présent sur le site a souligné la pertinence de l’approche chantier école : « c’est une grande opportunité pour nos jeunes artisans maçons, ferrailleurs, menuisiers et machinistes d’apprendre ici, aux cotés des frères marocains…avoir l’expertise  et affiner la finition. En plus de l’emploi ponctuel, ils renforcent leurs capacités et acquièrent des compétences…c’est ça qui est salutaire ».

BTP-4

Quelques engins neufs pour le chantier

Pour relever le défi du délai et de la qualité, la filiale ITQANE BTP ‘’Made In Africa s’est dotée d’équipements de pointe en investissant plus de 5 millions d’euros dans l’acquisition de materiels haut de gamme et d’engins neufs aujourd’hui pleinement opérationnels à Nongo et dans l’autre chantier, celui de la construction de l’Hôpital Mère et Enfant de Sonfonia.

Ibrahima Ahmed Barry, journaliste Consultant.

 

           

 

 

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.