Pas de mamaya à Kankan, cette année, « mais le terrain ne sera pas vide »

Print Friendly, PDF & Email

La fête de Tabaski ou encore appelée la fête du mouton approche à grand pas. Dans la commune urbaine de Kankan, l’ambiance ne serait pas la même cette année comme dans les précédentes. Pour cause, à l’image de 2020, l’édition 2021 de la Mamaya, une organisation à caractère sociale qui regroupe les fils ressortissants de la localité, est annulée. La décision a été rendue publique ce mercredi par la coordination des sèdès auprès de la notabilité, rapporte notre correspondant à Kankan.
Alors que le pays est encore confronté à la Covid-19, tout laissait penser que cette fête traditionnelle n’allait pas avoir lieu cette année, c’est Mohamed Lamine Kaba alias RINGO, coordinateur des sèdès auprès de la notabilité de Kankan qui a confirmé la nouvelle ce mercredi a travers une déclaration. Selon lui cette décision est justifiée par la persistance de la Covid-19.
‘‘ Au nom des sages de Kankan, nous avons le plaisir d’informer toute la population de Kankan, que cette année dans le cadre du respect de l’état d’urgence sanitaire prôné par l’OMS et relayé par le gouvernement guinéen, nous sommes au regret d’informer la population que cette année il n’y aura pas de Mamaya pour le sèdè Diamanadiyaya.’’


Pour ceux qui s’étonnent de l’annulation de la Mamaya cette année, Mohamed Lamine Kaba dit que ce n’est pas une première: « nous sommes à notre deuxième année consécutive sans célébrer la Mamaya et sans faire le pèlerinage. »
Chaque année, c’est au lendemain de la fête de Tabaski que commence la Mamaya pour une durée de trois jours, mais pour l’édition 2021, ces trois(3) jours seront consacrés à la lecture du saint coran: 
 » Cette année la Mamaya ne sera pas organisée mais le terrain ne sera pas vide parce que nous demanderont toujours comme on a fait l’année dernière, la lecture du coran, les sacrifices pour qu’il ait la paix, la quiétude sociale et l’unité dans notre pays. »
La célébration de la Mamaya à l’occasion de la fête de tabaski, est souvent l’occasion d’une retrouvaille des fils ressortissants venant de divers horizons à Kankan. Ce qui ne sera pas le cas cette année pour la seconde fois consécutive. 
Ahmed Sékou Nabé, correspondant à Kankan

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.