Pénurie d’eau : un calvaire vécu au quotidien par les habitants de Kököma (Tombolia)

Print Friendly, PDF & Email

L’eau est source de vie, dit-on à juste raison. Mais à Kököma (Tombolia), les citoyens éprouvent toutes les peines du monde à se procurer cette précieuse denrée. Ils pointent du doigt l’absence de la Société des eaux de Guinée (SEG) dans leur localité et les délestages de courant qui ne permettent pas aux habitants de s’approvisionner eau à partir des forages installés par les personnes de bonne volonté. 

Rencontrées par notre rédaction le samedi 13 février 2021, ces populations désespérées et abandonnées à leur sort ne demandent à la SEG qu’à  revoir sa stratégie dans la distribution de l’eau. Certains se disent même prêts à accepter 2 jours sur 7, le fameux ‘’tour-tour’’, pour atténuer leur souffrance.

« Moi, j’ai fait un an et demi dans ce quartier mais le problème d’eau est vraiment crucial. C’est un calvaire total pour nous, surtout pendant la saison sèche. J’ai trouvé un robinet là où je loge mais on m’a dit que c’est juste pour orner les lieux, parce que ça fait longtemps qu’une goutte d’eau n’en est pas sortie. C’est une honte pour un pays qui se fait appeler ‘’Château d’eau de l’Afrique de l’ouest’’. Je me pose la question de savoir de quel ‘’Château d’eau’’ il s’agit si chaque matin nous avons des bidons d’eau dans nos mains à la recherche de l’eau. Nous sommes dans quel pays de merde ? Tu peux faire 1 heure à 2 heures en train d’attendre ton tour devant un forage. Je me demande quel est le rôle de la SEG en Guinée. Elle doit revoir sa stratégie de distribution d’eau.  Même si c’est 2 fois par semaine, le ‘’tour-tour’’, comme le fait E.D.G. S’il vous plaît, aidez-nous à avoir de l’eau. Je me demande ce qu’on serait devenu si ces personnes de bonne volonté n’avaient pas installé ces forages. Donc, on serait mort de soif ? Nous demandons à nos dirigeants d’imiter les autres pays. Nous souffrons vraiment. Aidez-nous à avoir de l’eau dans nos robinets. », a indiqué Fatoumata Bangoura, habitante du quartier. Comme elle, nombreux sont les citoyens qui pensent que la Guinée ne mérite pas d’être appelée ‘’Château d’eau de l’Afrique de l’ouest’’. 

« Nous cherchons de l’eau. Vous savez, l’eau est source de vie.  Sans l’eau, l’organisme ne peut pas vivre pendant longtemps. Mais aujourd’hui les difficultés que nous rencontrons pour   trouver de l’eau sont nombreuses. Comme vous le constatez ce matin, il y a beaucoup plus de monde par rapport à la capacité  de fourniture d’eau. Nous vivons grâce aux différents forages qui sont installés par des personnes de bonne volonté. C’est ce qui fait que la demande est beaucoup plus grande que l’offre. Et tous les jours, moi je suis obligé de venir puiser. Je suis là ça fait maintenant des heures juste pour avoir 2 bidons d’eau. Mais impossible, parce que j’ai trouvé tout un monde devant moi. On aurait vraiment souhaité qu’on nous fasse des adductions d’eau pour que nous aussi, nous bénéficiions de l’eau de la SEG. Quand vous regardez ici, presque partout, la SEG est absente. Il n’y a même pas de tuyau, pas de source où s’approvisionner en eau. Avec toute cette souffrance, on nous dit que la Guinée est le ‘’Château d’eau de l’Afrique de l’ouest’’. Elle ne mérite pas cette appellation. », a indiqué Sâa Antoine Kondiadouno, pharmacien de son état.

Rappelons que de la Basse Guinée à la Guinée forestière  en passant par la Moyenne Guinée et la Haute Guinée, le constat et les plaintes sont les mêmes partout. Aujourd’hui, on se pose la question de savoir à quand le ‘’Château d’eau’’ qu’est la Guinée pourra assouvir la soif d’eau de sa population.

Christine Finda Kamano

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.