Pita : des dealers de chanvre indien dont un militaire échappent de justesse à un lynchage à Timbi-Madina

Print Friendly, PDF & Email

Les faits se sont produits dans la nuit de mercredi à jeudi 12 novembre 2020 dans le district de Doumba, commune rurale de Timbi-Madina, préfecture de Pita. Selon nos informations, c’est un sac de 50 kg de chanvre indien qui a été saisi des mains de deux jeunes par la brigade de proximité de cette localité.

La quantité de drogue devrait être livrée à un autre dealer qui serait en complicité avec un militaire béret rouge. Ce dernier n’a d’ailleurs pas manqué de faire des tirs de sommation pour disperser les jeunes en colère qui voulaient les lyncher. Sur le film de cette arrestation, cet agent de la brigade de proximité, sous couvert de l’anonymat explique : 

« C’est aux environs de 2 heures du matin que j’ai été appelé pour m’informer de cette situation. Les agents m’ont dit qu’ils ont arrêté deux personnes qui détiennent un sac de 50 kg contenant du chanvre indien. Interrogés, les jeunes qui ont été arrêtés ont demandé à ce qu’ils soient libérés pour qu’ils déposent le colis aux ayants droit. Selon eux, ce sont des militaires qui leur ont remis ce sac contenant du chanvre indien pour le déposer à Timbi-Madina. Sur le champ, ils ont appelé la personne qui devrait recevoir le colis qui est un gérant d’un maquis ici même à Timbi-Madina. Lorsqu’il est venu, il a sollicité à ce qu’on lui remette sa marchandise mais nous lui avons répondu que c’est impossible. Il était venu avec un militaire habillé en civile muni d’un PMAK. Après avoir échangé avec le militaire, ce dernier a tiré une balle pour nous effrayer mais on n’a pas reculé. Tout le monde s’est regroupé autour de lui pour récupérer son arme. Heureusement nous avons récupéré le chargeur. »

Poursuivant, le garde communal dira : 

« C’est ainsi que le maire a appelé le préfet de Pita qui était avec le commandant. Ce dernier nous a demandé de remettre le fusil au militaire pour qu’il se retourne à son poste et c’est ce qui fut fait tout ça s’est passé en présence du maire. Les trois présumés narcotrafiquants ont été enfermés quelque part et il était prévu ce jeudi matin qu’ils soient déférés à Pita. » 

Aux dernières nouvelles, on apprend que les trois présumés dealers et le béret rouge qui avait ouvert le feu ont été transférés dans l’après-midi de ce jeudi 12 novembre à Pita par le Bata de la préfecture en collaboration avec le commandant de la gendarmerie de Timbi-Madina. Nous y reviendrons. 

Tidiane Diallo, correspondant régionale à Labé 

620 44 25 83

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.