Plan de riposte au Covid-19 : les bus, pourtant gratuits, se font rares à Conakry

Print Friendly, PDF & Email

Depuis l’annonce de la gratuité des transports publics en bus ou en train comme mesures d’accompagnement prévues dans le plan de riposte économique au Covid-19, les bus se font très rares dans la capitale.

Lors d’un constat que nous avons réalisé sur l’autoroute Fidel Castro ce mercredi 8 avril, nous avons pu observer une rare circulation des bus publics.

Il était environ 9 heures lorsque nous avons rallié le rond-point de Matoto. Arrêtés sur le côté de la route pendant une dizaine de minutes à faire le guet, aucun bus en vue.

Kadiatou Camara, vendeuse au marché de Matoto fait remarquer : « depuis qu’il a été dit que ces bus sont gratuits, moi, je n’ai vu aucun ici aujourd’hui depuis ce matin. Si non avant, dès l’aube moi, je voyais beaucoup les bus en train de se suivre. Mais maintenant-là, on ne les voit pas du tout. C’est peut-être parce que c’est devenu gratuit qu’on ne les voit pas ».

Ce n’est que plus de deux quart d’heure plus tard que nous avons aperçu notre premier bus. De Matoto à Dapompa, nous n’avons vu sur notre parcours que deux bus. Arrivés à l’arrêt de bus de Dapompa, une foule de personnes en file indienne attendait de se rendre en ville. La plupart était là depuis 7 heures. 

« Depuis 7 heures les gens sont là. Il n’y a même pas de bus. C’est maintenant là que le bus vient d’arriver », nous a lancé un homme avant de se laver les mains et monter dans le bus.

« Nous sommes là depuis 7 heures et c’est le 3ème bus qui vient de partir. C’est peut-être parce qu’on a dit que les bus sont gratuits qu’ils sont pas nombreux », a estimé cette dame qui a requis l’anonymat. 

Selon une source bien informée, seulement 9 bus publics de la SOTRAGUI sont mis en circulation ces derniers jours pour cause d’embouteillage.

Maciré Camara

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!