Plan de riposte au Covid-19, quiproquo entre Kassory et Kanny : voici la lecture de Lansana Diawara de la MAOG

Print Friendly, PDF & Email

C’est l’actualité à la une en Guinée. La banque mondiale a, à travers une lettre adressée au Premier ministre guinéen, rejeté le plan de riposte au Covid-19 en annonçant une surfacturation dans le secteur de l’énergie.   

Comme ses pairs de la société civile et certains partis politiques, le coordinateur national de la Maison des Associations et ONGs de Guinée (MAOG), Lansana Diawara situe la responsabilité à deux niveaux.

Pour lui, « Dans le communiqué de la primature, la responsabilité est située à deux niveaux : la paresse intellectuelle du cabinet du Premier ministre qui n’a pas pris tout le temps de voir le contenu de ce bout de papier qui a été transmis par le Ministre de l’énergie Cheick Taliby Sylla. Un papier écrit en manuscrit et qui représente le rapport sectoriel du Ministre de l’énergie. Donc, ils se sont juste contentés à faire une compilation d’un plan de riposte général au compte du gouvernement sans voir au fond ce que ce dernier a adressé. Donc, c’est une paresse intellectuelle et très dangereux dans l’administration. Ça affaiblit l’administration, ça déshonore le gouvernement et cela a un impact sur le pays comme ce qu’on est en train de vivre aujourd’hui », a-t-il dit en substance.

Ajoutant que « La seconde responsabilité, c’est au niveau du Ministre de l’énergie à qui la grande responsabilité revient. D’abord la qualité du document qu’il a produit et soumis au Premier ministre, c’est juste une feuille écrite en manuscrit. Donc, ce n’est pas digne d’un Ministre de la République, ça ne fait pas honneur au pays. Donc, cela aussi est un acte très grave et même dangereux dans l’administration publique » a dénoncé Lansana Diawara.

Poursuivant, il condamne selon lui, le silence des leaders des grandes formations politiques. Le coordinateur du MAOG y voit une complicité entre le premier ministre Kassory Fofana et ses amis de l’opposition.

« Malgré tout ce ‘’scandale’’, les leaders politiques les plus représentatifs, de la génération de Kassory, personne ne s’est prononcé sur cette question. Nous comprenons qu’il y a une complicité entre eux. Et, c’est comme s’il y a un pacte de non-agression entre le Premier ministre Kassory Fofana et les leaders politiques de l’opposition (UFDG, UFR et certaines grandes formations politiques). Quand il s’agit de leur clan d’amis, ils peuvent se protéger, ne pas commenter cette actualité, c’est quelque chose de très grave. C’est un silence coupable », a-t-il martelé.

Il termine en soulignant que cette sortie de la Banque mondiale ne prouve pas que le gouvernement guinéen est plongé dans une corruption.

« Bien que la responsabilité du Premier ministre aux yeux de l’opposition a été dégagée à 80%, puisse que ce n’est pas une manipulation pour fait de la corruption mais plutôt, c’est une paresse intellectuelle du cabinet du Premier ministre », a-t-il conclu.

Mohamed Cissé

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.