Police de proximité : le conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance tient sa 5è session ordinaire

Print Friendly, PDF & Email

Ce vendredi, 24 janvier, à Kaloum, la cinquième session ordinaire du conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD) s’est tenue à Conakry dans le cadre du projet “partenaires pour la sécurité en Guinée : la reforme de la police au service des citoyens’’. C’est une initiative de l’ONG COGINTA et Partners Global et sur financement des Etats-Unis pour l’introduction de la police de proximité dans les communes.

Cette cinquième session qu’est la première cette année, a permis aux membres du CLSPD de Kaloum, composés d’élus locaux, de cadres de la justice, de la police et de la gendarmerie, d’opérateurs économiques, de religieux, d’associations de femmes et de jeunes de faire une analyse objective des projets réalisés, mais aussi de favoriser la production de nouveau plan local de sécurité et permettre son exécution correcte dans la commune pour lutter de façon efficace contre la délinquance et la criminalité.

Selon, Djéli Mory Kourouma, secrétaire général de la commune de Kaloum, « la particularité de cette cinquième session qui est la première de l’année 2020 était de voir les différents projets et plans locaux de sécurité qu’on avait initiés à savoir le bruit sonore au niveau des quartiers, la sécurisation des débarcadères et la question de la circulation des taxis motos à Kaloum. »

S’agissant des impacts de ce projet sur les habitants de Kaloum, le secrétaire général a indiqué que les déguerpissements qui sont opérés à Téménétaye et à Boulbinet, ont permis de délocaliser les bandits. « Parce que, ce sont des gens qui sont venus s’installer dans ces débarcadères sans aucune autorisation ni du chef secteur, ni du chef de quartier à plus forte raison la commune. Aussi, il y a eu des foras qui ont été organisés au niveau de chaque quartier pour que les citoyens ne voient plus les policiers ou les gendarmes comme des ennemis mais des partenaires avec qui, ils doivent collaborer pour la sécurisation au niveau de la commune. »

Les citoyens n’ont plus peur à Kaloum ici, s’est réjoui M.Kourouma. « Ils peuvent marcher avec policiers et avec les gendarmes. Cela, c’est grâce à ces différents foras dans ces quartiers parce que les femmes et les jeunes ont été associés à ça pour que chacun essaye de répercuter ça à sa base  pour leur dire que les policiers que vous voyez dans nos foyers, dans nos quartiers ne sont pas contre nous.  Pour cette raison, le commissariat central de kaloum a même pris la décision d’affecter un policier par quartier qui est comme policier référent. »

Plus loin, il a rassuré les partenaires en ces termes : « nous rassurons nos partenaires, que nous allons assurer la pérennisation de tout ce que nous avons eu à initier  avec eux depuis 2017… »

Elisa Camara

+224 654 95 73 22

 

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.