Politique: ‘’ après réflexions, nous sommes passés du CRAC à la CRAC ‘’, (Ismaël Dioubaté)

Les responsables du collectif pour la réélection du Pr Alpha Condé (CRAC) devenu convergence républicaine des acquis pour le changement (CRAC) étaient ce jeudi 2 juillet 2016, face à la presse pour échanger sur le thème ‘’ actualité sociopolitique du pays. ‘’ Au cours de cet échange qui s’est tenu à la Maison de la Presse sise au quartier Coleah, plusieurs questions relatives à la vie de la nation ont été soulevées.

D’entrée, l’honneur est revenu au président du bureau exécutif de ladite structure (CRAC), Ismaël Dioubaté de demander à l’assistance d’observer une minute de silence à la mémoire du journaliste Mohamed Koula Diallo assassiné le 5 février dernier au siège de l’UFDG à Conakry. Poursuivant son intervention, il a expliqué le passage du CRAC à la CRAC en ces termes :

‘’ Nous au niveau du CRAC, entendu bien collectif pour la réélection du Pr Alpha Condé en 2015 dès le premier tour. Nous avons dit haut et fort dans cette salle et beaucoup d’entre vous étaient là. A l’époque nous avons donné les mobiles, les raisons et on a pu démontrer pourquoi le Pr Alpha Condé devrait être réélu dès le premier tour. Et il y a certains à l’époque qui avaient posé la question, après la réélection du Pr Alpha Condé que deviendrait le CRAC. Nous avons répondu que le CRAC était mort après la réélection du Pr Alpha Condé et certains guinéens se souviennent encore de ça. Oui, le CRAC est mort et la mission a été bien accomplie. Mais est-ce qu’à dire que les activités politiques des membres et des hauts cadres du CRAC s’arrêtent là ? Non. Nous avons réfléchi et nous sommes passés du CRAC à la CRAC. Convergence Républicaine pour les Acquis du Changement ‘’, dira-t-il entre autres avant d’ajouter que leur mouvement veut défendre les institutions et tous les acquis économiques qui ont été selon lui, obtenus durant le premier quinquennat du présent Alpha Condé et consolider ce qui va être fait tout en veillant sur la bonne marche des institutions.

Pour sa part, le premier vice-président de cette convergence républicaine pour les acquis du changement (CRAC), Mohamed Lamine Yayo s’est prononcé sur beaucoup de sujets avant d’inviter les Guinéens à  » ne pas travestir la vérité  » tout en reconnaissant  » ce qui est fait et au moment où s’est fait surtout quand on est dans l’action publique « .

 » A un moment donné, accuse M. Yayo, vous avez entendu parler d’un symbole de souveraineté en Guinée. C’était Air Guinée. Il a été bradé sous la deuxième République. Le ministre des Transports à l’époque, c’était M. Cellou Dalein et le ministre des Finances à l’époque était M. Cheick Amadou Camara. Le Boeing 737 200, quand on a fait l’amortissement, il devait revenir à 6 millions de dollars. Or, on a revendu le Boeing à 5 millions de dollars. Le directeur d’Air Guinée à l’époque, M. Barry Boye avait déjà commandé les groupes qui se chiffraient à 600 000 dollars. Ce marché de dupe a été fait au nom de l’Etat. La règle voudrait que dans le cadre de la continuité de l’Etat que des informations judiciaires soient ouvertes à l’encontre des déprédateurs de notre économie nationale….  »

Youssouf Hawa Keita

+224 666 48 71 30

 

Print Friendly, PDF & Email



Laisser un commentaire