Connect with us

Communiqués

Populisme et anti-mondialisation : la Chine donne ses remèdes (Le Quotidien du Peuple)

Published

on

La 53e Conférence sur la sécurité de Munich a eu lieu du 17 au 19 février, mettant l’accent sur les problèmes réels auxquels le monde fait actuellement face. A cette occasion, un rapport thématique de discussion préliminaire a été soumis, intitulé « Post-vérité, post-Occident, post-ordre ? », dont la logique principale est la suivante : le populisme et le sentiment anti-mondialisation fourmillent dans le monde occidental, et des fissures sont apparues dans les relations entre États occidentaux, ce qui fait que la survie même de l’ordre international est peut-être en jeu. En réponse aux inquiétudes qui se sont manifestées à la fois l’intérieur et à l’extérieur de la conférence, le Quotidien du Peuple a publié le 20 février un article de commentaires, dans lequel il insiste sur le fait que le monde n’est pas hors de contrôle, et que l’ordre international et les systèmes internationaux mis en place après la Seconde Guerre mondiale doivent continuer à être maintenus et à être entretenus.

L’article souligne que, dans les idées généraux de l’Occident dans les derniers jours à la Conférence sur la sécurité de Munich, au moins deux aspects doivent être clarifiés.

Tout d’abord, en ce qui concerne le récit historique. Dans la bouche de beaucoup d’Occidentaux, l’histoire du monde depuis la Seconde Guerre mondiale est une histoire dans laquelle l’Occident renforce l’ordre international, bénéfice de l’humain. C’est pourquoi ils sont préoccupés par le chaos actuel en Occident, pour eux, c’est presque équivalent à un chaos mondial. Cependant, ce « récit de l’Occident au centre» ne correspond pas aux faits. Après la Seconde Guerre mondiale, ce sont des pays du monde entier qui ont conçu et construit un ensemble de cadres et de mécanismes multilatéraux internationaux. Les Nations Unies, représentant des institutions multilatérales, qui ont réuni toute la puissance de la communauté internationale et fait des efforts inlassables pour sauvegarder la paix mondiale et promouvoir le développement humain, obtenant des résultats historiques. En outre, au fil des années, la puissance globale des pays en développement a augmenté, et le rôle qu’ils jouent dans l’ordre international ne peut être ignoré. Et c’est pourquoi, dans tous les cas, l’ordre international actuel ne saurait être étiqueté comme « occidental ».

Deuxièmement, la description du statu quo. En fin de compte, à quoi ressemble monde actuel ? Dans les faits, une longue liste de défis se présente aux différents pays, comme les déséquilibres et de la récession économique mondiale actuelle, l’aggravation croissante des conflits géopolitiques, la crise des réfugiés, les revers subis par la mondialisation économique et l’intégration régionale ou la menace permanente du terrorisme. Mais, dans le même temps, il faut voir aussi que le monde n’est pas hors de contrôle, l’ordre international et le système international mis en place après la Seconde Guerre mondiale continuent à jouer un rôle clé irremplaçable pour garantir la paix et le développement mondiaux, et il faut continuer à le soutenir et à le maintenir. Si tous les pays respectent vraiment les buts et principes de la Charte de UN, il est alors tout à fait possible de régler les différends de manière pacifique, d’éviter les confrontations, pour parvenir à une coopération gagnant-gagnant sur la base de la coexistence pacifique.

Enfin, l’article souligne que, du point de vue pratique, le monde actuel a vraiment besoin de continuer à adhérer au multilatéralisme, de continuer à renforcer la coopération internationale, d’améliorer sans cesse la gouvernance mondiale, et de promouvoir avec fermeté les différents processus de coopération régionale. C’est ce que préconise la Chine, c’est la « voix de la raison », la « puissance de l’exemple en matière de gouvernance » que respectent en général les membres de la communauté internationale. Cela montre aussi que plus le monde se trouve face à des problèmes enchevêtrés, plus il est nécessaire de faire un choix, comme l’a fait la Chine-celui d’être le bâtisseur d’une paix mondiale solide, un contributeur au développement mondial, un défenseur du multilatéralisme, et un contributeur à la cause de la paix et du développement mondiaux par l’entremise de son propre développement.

Print Friendly, PDF & Email
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Repondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *