Port autonome de Conakry : les dockers menacent, la directrice dément toute signature avec une société turque (vidéo)

Print Friendly, PDF & Email

Des travailleurs du port autonome de Conakry menacent de bloquer toutes les activités. Et pour cause, une société turque est pointée de s’accaparer des concessions accordées par la Présidence de la République.

Selon les dockers qui manifestaient ce mardi 6 mars 2018 devant la direction générale du port, le contrat que la présidence veut signer avec la société turque vise à licencier des centaines d’employés.

” Nous manifestons aujourd’hui pour montrer à la direction générale que nous ne voulons pas de la coopération turque. Mais la directrice nous a dit que rien n’est signé, donc nous reprenons le travail jusqu’à nouvel ordre en attendant les résultats. Nous ne voulons pas la coopération turque et le contrat qu’ils ont signé est un contrat mal ficelé, ce n’est pas dans l’intérêt des travailleurs, ils vont licencier 800 personnes pour en recruter 200 à leur convenance. C’est pourquoi nous sommes montés au créneau et nous sommes catégoriques”, a précisé Cheick Touré, chef de la délégation syndicale du port autonome de Conakry.

Pour rassurer ses travailleurs et les pousser à reprendre le travail, la directrice générale du port, Hawa Keïta a déclaré qu’aucun contrat n’a été signé avec un société turque.

De leur côté, les dockers sont prêts à reprendre le travail tout en menaçant de fermer le port si les déclarations de la directrice s’avéreraient fausses.

”Si on se rend compte que la société turque a signé un contrat avec la Présidence, ça sera la fermeture du port et la directrice sera très déçue de nous surtout qu’ils sont avec le président. On nous a tout caché et il a fallu que les travailleurs de la présidence nous informent, donc c’est ce qui a fait que nous sommes révoltés”, a menacé ce syndicaliste.

 Thierno Sadou Diallo

(00224) 626 65 65 39

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.