Pr. Bangaly Traoré : “en Guinée, près de 2000 femmes meurent du cancer du col de l’utérus et du sein par an”

Print Friendly, PDF & Email

L’Association guinéenne pour la lutte contre le cancer (AGUICAN), a présenté mercredi à Conakry, au cours d’une conférence de presse son projet de  prévention et de dépistage des cancers de col de l’utérus et du sein à l’intention des femmes journalistes. A cette occasion, le chef de service de cancérologie du CHU Donka, le professeur Bangaly Traoré est revenu sur quelques statistiques  de la maladie dans le pays.

Selon le prof. Bangaly Traoré,”18,1 millions de personnes atteintes de cancer avec à peu près 9 millions  de décès dans le monde. En Guinée, nous  estimons à 7300 cas dont 6000 décès. Pour les cancers de l’utérus et du sein, on évalue à 2500 cas dont près 2000 décès annuels“.

Et d’ajouter que pour ces deux cancers, il y a des facteurs  qui interviennent. “Pour le col de l’utérus, le principal c’est l’infection par le virus du papillome humain; il y a aussi d’autres facteurs qui multiplient le risque c’est le tabac, la sous-alimentation en fruits et légumes. Et il y a aussi la baisse de l’immunité. Et pour le cancer du sein, ce sont les mêmes facteurs d’alimentations sauf qu’il y a le manque d’activité physique régulière. Et ce sont les femmes qui sont souvent obèses. Naturellement ces deux cancers sont liés à l’âge (….)”.

Ces cancers évoluent  longtemps à bas bruit, a-t-il précisé. “Le col de l’utérus par exemple, il évolue pendant la première infection par le virus du papillome humain jusqu’à l’apparition du premier signe de cancer. Il peut circuler longtemps, variant de 7 à 12 ans. Et durant ces périodes-là, les femmes qui sont infectées et sur lesquelles il y a des lésions pré-cancéreuses sont entrain d’évoluer ne représentent aucun signe. C’est quand  les signes commencent à se manifester que ces femmes vont souvent pour se faire consulter”, regrette-t-il.

A l’en croire, “il  existe des tests qui permettent de les découvrir à ces stades très précoces, c’est de faire le test frottis cervico-vaginal(pap’s test); détection de l’ADN viral dans les secrétions vaginales. Et pour le cancer du sein:  il faut l’autopalpation; examen clinique systématique des seins par un agent de santé; mammographie“.

Par ailleurs, le chef de service de cancérologie du CHU Donka de recommander entre autre de ”pratiquer 30 minutes d’activités physiques pendant les 5 jours de la semaine, d’éviter l’exposition prolongée au soleil (cancer de la peau, albinos),  d’éviter de consommer abusivement l’alcool ou de préférence ne pas du tout consommer : se faire vacciner contre le virus de l’hépatite B (cancer du foie) et le virus du papillome humain (cancer du col de l’utérus) Consommer régulièrement les fruits, légumes et céréales complètes. Consommer moins les aliments gras, le sel et les boissons trop sucrées. Faire régulièrement le dépistage des cancers suivants : sein par l’auto-examen des seins dès 25 ans et mammographie dès 40 ans. Col de l’utérus par frottis cervico-vaginale, examen visuel, colposcopie (25-65 ans). Prostate par le dosage de PSA après 60 ans“.

Elisa Camara

+224 654 95 73 22

 

 

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.