Prélèvement des 5% du salaire des fonctionnaires et la situation des cliniques clandestines : Les professionnels de la santé se prononcent

Print Friendly, PDF & Email

Le prélèvement des 5% du salaire des fonctionnaires et la situation des cliniques clandestines en Guinée étaient à l’ordre du jour de la conférence de presse Co animée par la Coalition Nationale des Professionnels de Santé (CONAPROS) à travers son coordinateur national Dr Abdoulaye Kaba et Dr Faza Diallo, Directeur national des ressources humaines du ministère de la Santé ce vendredi 27 août 2021 à la maison commune de journalistes de Kipé.
Bien que la question du prélèvement de 5% du salaire des fonctionnaires ait créé beaucoup de tollés dans le pays, la CONAPROS considère que cela pourrait stopper la prolifération des cliniques clandestines dans le pays, cause également de nombreux décès de citoyens.
Selon Dr Faza Diallo, la Guinée devrait à l’instar de tous les pays tendre vers la couverture santé universelle. Ceci pour éviter d’être appauvri par le paiement direct.
« Aujourd’hui, tous les pays en fonction des objectifs du développement durable doivent tendre vers la couverture santé universelle, que ce soient les pays pauvres ou les pays riches, parce que partout il y a des démunis qui n’auront pas accès. Et on est à 9 ans de cela. La Guinée a son schéma et les dispositifs qui sont mis en place actuellement, Caisse Nationale de Sécurité Sociale, INAMO, Caisse Nationale de Prévoyance Sociale et les mutuelles de santé sont des mécanismes qui nous permettent d’aller vers la couverture santé universelle. On invite les gens à aller à la source pour savoir quels sont les avantages liés à ces structures qui sont mises en place. La population, les fonctionnaires surtout les enseignants doivent comprendre et accepter de cotiser pour se soigner. Le prépaiement obligatoire est une étape, parce que le paiement direct lorsqu’on tombe malade ça va appauvrir les gens », a-t-il estimé.

Considérant ces 5% de prélèvement comme l’un des meilleurs mécanismes qui permettra l’émergence des mutuelles de santé sur le territoire national, Dr Abdoulaye Kaba de la CONAPROS souhaite que les professionnels de sa coalition puissent bénéficier des avantages

« Moi les fonctionnaires qui nous intéresse au niveau de la coalition c’est bien les professionnels de santé, nous avons cherché à nous informer par rapport à la situation mais ce que nous avons compris, on a compris que l’objectif premier aujourd’hui de tous les pays du monde entier, c’est d’aller vers la couverture santé universelle, et ça c’est une étape très importante pour aller vers cette couverture. c’est vrai qu’aujourd’hui il y a des fonctionnaires qui sont dans le système de santé qui ont bénéficié de ces avantages. Mais nous au niveau de la coalition, on veut que tous les avantages se répercutent sur tous les professionnels de la santé, c’est-à-dire que tu sois fonctionnaire ou non. Et pour cela il y a un meilleur, le meilleur des mécanismes c’est de faire en sorte que les mutuelles de santé émergent dans notre pays. Quand on sait que le taux de mutualisation dans notre pays est très faible et ce sont les mutuelles de santé qui vont nous éviter de faire le paiement direct », a-t-il expliqué.
Parlant ensuite des cliniques clandestines, Dr Kaba dira que la couverture santé universelle constitue l’une des meilleures solutions pour sortir de telles situations.
« Les pratiques illicites dans le domaine de la santé n’arrangent personne. C’est pourquoi, la couverture santé universelle est l’une des meilleures solutions pour que la Guinée s’en sorte de ces pratiques illicites. Imaginez par exemple, quand quelqu’un tombe malade, au lieu qu’il aille à Madina pour acheter ses médicaments, il s’adresse directement à un ministère qui est déjà créé, qui te donne des médicaments de qualité à des coûts dérisoires. je pense que c’est plus mieux pour la population que d’aller et de bénéficier de soins aléatoires », a jugé le médecin.
Il y a un mois, le Président de la République avait ordonné au ministre de la santé le Colonel Rémy Lamah, de procéder à la fermeture des cliniques clandestines. Une décision qui avait été applaudie par de nombreux citoyens.

Maciré Camara

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.