Connect with us

Sport

Préparatifs CAN 2019 : Sur la trompe du Syli ! (Par Bernard Leno)

Published

on

Après la publication de sa liste des 25 présélectionnés, Paul Put et son staff ont entamé la préparation à la coupe d’Afrique des nations dont le coup d’envoi sera donné le 21 juin prochain en Egypte. Du regroupement à Conakry au stage de Marrakech (Maroc), l’équipe nationale de Guinée se prépare à marquer les esprits à la 32ème édition de la compétition majeure sur le continent.

Placée dans le groupe B à l’issue du tirage au sort, en compagnie du Nigéria, du Madagascar et du Burundi, la Guinée participera comme les autres équipes qualifiées à la première édition au format à 24 équipes de la CAN. Absente de la dernière édition au Gabon en 2017, le Syli revient avec de sérieuses ambitions dans le pays des Pharaons. Mais pour y arriver, le groupe doit réussir une préparation irréprochable avant son baptême de feu.

Les autorités à l’avant-garde de l’aventure égyptienne

Avant rejoindre Marrakech, Ibrahima Traoré et ses coéquipiers ont été reçu par le chef du Gouvernement guinéen pour la traditionnelle remise officielle du tricolore nationale. Cette importante qui marque l’assaut de l’expédition égyptienne, est un symbole qui traduit l’engagement de tout un peuple derrière ses représentants qui se donneront corps et âme pour relever très haut le fanion Guinéen. « On va représenter la Guinée dignement et fièrement. C’est une grande responsabilité envers le pays. Nous, on va tout faire pour faire une très belle compétition, la plus belle que la Guinée n’ait jamais faite et tout faire pour ramener la coupe, ici, à la maison » a promis l’ailier du Borussia Mönchengladbach.

Au-delà de cette cérémonie, l’Etat par le biais du ministère des sports avait comme dans ses habitudes mis en place le comité de soutien au Syli National. Un organe qui continue à mobiliser des fonds afin de permettre une participation honorable de l’équipe guinéenne. Des sommes importantes ont été annoncées aux médias en guise de contribution des départements ministériels, institutions nationales publiques et privées.

En attendant la communication officielle du budget de la participation guinéenne, les autorités du football, notamment la FEGUIFOOT a concocté un programme de préparation qui a démarré depuis une semaine au Maroc, sous les auspices financiers de l’Etat.

Marrakech, l’étape cruciale

C’est à bord d’un vol spécial affrété par l’Etat guinéen que l’équipe nationale a rallié son lieu de stage, le 1er juin dernier. Selon programme, le Syli livrera trois de préparation (la Gambie, le Bénin et le pays hôte l’Egypte) au cours de ce regroupement.

Une semaine après leur arrivée, les nouvelles sont plutôt rassurantes côté Syli. Les joueurs ont été soumis à d’intenses séances de travail physique, sans aucune fausse note. Seule inquiétude, l’attaquant Fodé Koïta de Kasımpaşa (25 matchs pour 5 buts cette saison en D1 Turque) qui a ressenti des douleurs derrière la cuisse. Il a tout de même effectué des séances individuelles avec le kiné. Egalement Aly Kéita, le gardien de but de l’Östersunds FK (D1 suédoise) qui se remet de manière rassurante de sa blessure à la cheville contracté en club.

L’autre souci est bien l’arrivée toujours attendue du pensionnaire de Liverpool, Naby Kéita qui continu à suivre des soins du côté de la Mersey. Sacré champion d’Europe avec les Reds, l’ancien joueur de Santoba attend d’être libéré par ses dirigeants et le staff médical du club. « Je suis en contact tous les jours avec Liverpool. Vraiment ce n’est pas facile aussi avec l’agent de Naby. Je suis sûr et certain que Naby veut venir mais il va avoir la pression de Liverpool parce qu’ils veulent le traiter jusqu’au 11 (ndlr juin 2019). Cela veut dire qu’il va venir peut être le 12. Mais nous aussi on doit faire la liste pour la CAF je l’ai expliqué » a déploré Paul Put au micro de nos confrères de foot224.

 

Le staff qui travaille d’arrache pieds pour bâtir un effectif de qualité, a mis à profit l’occasion pour s’assurer des bonnes conditions de préparation. Une fiche de questions réponses a été remise à chaque joueur afin de se prononcer sur la première semaine du stage. L’idée vise à améliorer la qualité du travail et des conditions de vie à Marrakech.

L’étape de Marrakech est d’une grande importance pour réussir une belle participation de l’équipe nationale à la CAN. Elle est l’occasion de peaufiner  de nombreux détails techniques, tactiques et même psychologiques de l’équipe. Pour le sélectionneur qui est un adepte de la rigueur et de la discipline, ce stage est l’ultime chance qui lui est offerte pour bâtir le socle d’une équipe prête à aller au combat.

Il faut rappeler que 23 des 25 joueurs présélectionnés seront retenus à la fin du stage, au soir du 16 juin, date du troisième et dernier match  de préparation du Syli.

Nous y reviendrons !

Bernard Leno

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Publicités